Adam Jonson

[Page 1 sur 1]


Adam Jonson (né Adam Howard)


18 ans

Masculin

Citoyen

inexistante


► COMPÉTENCES
• Rituels
2

• Métamorphose
0

• Armes blanches
0

• Armes à distance
0

• Corps à corps
0

• Don 1
Empathie

1

• Don 2
Don 2

0

• Don 3
Don 3

0

• Don 4
Don 4

0

• Don 5
Don 5

0

• Charisme
0

• Éloquence
1

• Négociation
0

• Office
0

• Perception
1

• Discrétion
0

• Résistance mentale
2

• Résistance physique
0

• Résistance spirituelle
2

• Chance
0


► PERSONNAGE
• Êtes-vous natif de Warwick Bay ?
Adam Howard, est le fils de Henry Howard, Duc de Norfolk et d'Alianore Feeliak, femme de moyenne noblesse. Il menait une vie aussi paisible qu'ennuyeuse. Seulement, cela n'allait pas durer. Alors âgé de 13 ans, sans qu'il ne comprenne pourquoi, il dut fuir du jour au lendemain son pays. C'est sur le bateau voguant pour le nouveau continent, avec seulement quelques affaires, un peu d'argent et un vieux grimoire en poche,  qu'il eut les éléments de réponse lui permettant de comprendre. Sa mère était une sorcière, issue d'une vieille lignée. Elle l'avait placer sur ce bateau pour le protéger car des chasseurs de sorciers les voulaient mort. Peut-être même son propre père, fervent religieux y était pour quelque chose.
Adam devenu Adam Jonson passa d'abord ces premiers mois en Amériques dans une ville voisine de Warwick Bay. Mais une fois tout son argent écoulé, il se fit prendre en flagrant délit de vole de nourriture et dû fuir ou nouvelle fois. Arrivé à Warwick Bay, il réussit à se faire engager en tant que serviteur dans la famille des Perkins, où il y vit depuis une vie aussi calme qu'il puisse  


• Avez-vous bonne réputation ?
—Que pensez-vous d'Adam ?
— Adam... oh, Adam Fersent, un chouette gars, toujours prêt à causer 'tour d'une bière tiens, et i'fait d'sacrés meubles dans son échoppe là. Tenez l'autre jour...
— Non, non, excusez moi, je parlais de Adam Jonson
— ... Qui ?


• Votre médecin vous connaît bien ?
Des médecins ? c'est vrai, il parait qu'il y en a à Warwick Bay. Adam n'a pas eu l'occasion d'y aller depuis les 4 ans qu'il vit ici. Aucune blessures ni maladies assez inquiétantes pour justifier les soins d'un médecins. En dehors de ça, Adam tiens à garder une hygiène de vie respectable, reliquat de son passé noble, il fait au mieux avec sa condition de servant


• Vous voit-on souvent à l'église ?
Juste ce qu'il faut pour ne pas être mal jugé. La religion n'intéresse pas Adam, il n'a que peu d'estime pour la chrétienté mais il fait en sorte de faire bonne figure devant les autres.


• Avez-vous besoin de travailler pour vivre ?
Adam est serviteur, c'est un peu comme esclave sauf qu'on est blanc et payé, pour la forme. En tout cas c'est comme ça qu'on est perçu par le reste de la société. Mais il faut l'avouer, Il fait bon vivre chez les Perkins, la paye est faible mais Adam est nourri à sa faim, logé, et jouit d'une liberté assez rare pour un serviteur.


• Quel est son avis sur la tribu indienne ?
Son seul contact avec les indiens a été particulié. Venu chercher des informations avec d'autres colons, ils s'était retrouvé face à une vieille femme censé les instruire mais perdant patience à la troisième question, et un jeune homme montrant avec la subtilité d'un pachyderme que les colons n'étaient pas les bienvenues. Malgré tout, Adam reste intrigué par leur culture notamment leurs histoires de skinwalkers


• Se sent-il concerné par la guerre entre les français et les anglais ?
Adam n'a pas grand intérêt dans la guerre. Un très léger sentiment de patriotisme le pousse à espérer une victoire anglaise, mais il ne s'engagerait pas pour autant pour faire pencher la balance


► MAGIE
• Quel est son avis sur les arts occultes ?
Les arts occultes sont fascinant. Il y a tellement de choses à voir, à apprendre et à comprendre. Pourquoi avoir la foi envers un potentiel dieu quand en face se trouve des arts concrets, aux effets réels ?


• Pratique t-il les arts occultes ?
Oui, enfin il s'y essaye. Adam n'a eu aucuns enseignements dans le domaine et sait donc très mal comment exploiter ses pouvoirs. Il possède avec lui le grimoire où sont rassemblés les secrets de sa lignée, ce qui l'aide. Mais ce grimoire n'est pas un guide du débutant, il est fais pour une personne ayant acquis les bases depuis longtemps.Alors il fait du mieux qu'il peux, mais il aurait bien besoin d'un professeur pour l'aider


• Quels sont ses dons ?
En réalité, le simple fait qu'il ait des pouvoirs magique est un miracle. En générale, seules les femmes de sa lignée possèdent des dons magiques. Les hommes de cette lignée ayant des dons ésotériques sont extrêmement rare, et souvent oublié puisque les arts occultes ne sont enseigné qu'aux femmes. Mais Adam fais parti de ces exceptions, il possède un très grand potentiel, seulement, n'ayant reçu aucune éducation, il est comme un diamant brut pouvant biller de mille feux mais ayant besoin d'être taillé pour cela. Quant aux dons naturelles, Adam possède bien qu'il l'ignore, un don d'empathie. Ce dont ne s'est que très rarement manifesté. Et ces moments sont arrivés il était bien trop submergé par ses émotions pour prêter attention à celles des autres. Son don commence à faire surface grâce à son utilisation plus répété de magie.


• Fait-il partie d'une lignée de sorciers ou d'un coven ?
Adam fait parti d'une lignée anglaise assez ancienne, les Seriak. Cette lignée utilise une puissante magie neutre bien qu'elle emprunte  ses pouvoirs à Lucifer. Seules les femmes sont concernées par ses dons magiques sauf très rares exceptions. La matriarche de la lignée Seriak possède un grimoire dans lequel sont inscrits les secrets ésotériques des anciennes générations. La matriarche transmet son grimoire à sa fille ainé qui deviendra plus tard matriarche. Seule la matriarche et sont héritière légitime peuvent lire ce qui y est inscrit. Ses autres filles forment alors une branche secondaire. Cette famille était puissante jusqu'à il y a peu. Seulement, elle à subit il y a 4 ans de cela une attaque des inquisiteurs ayant eu de lourdes conséquences, notamment la mort de la matriarche et la disparition du grimoire.  
Adam n'a que peu conscience de tout ça. Les seules informations sur sa lignée lui viennent du grimoire. Fils unique de la dernière Matriarche décédé, il est sans le savoir le premier patriarche de sa lignée. Seulement ce qu'il reste de sa famille ignore son existence. Elles recherche le grimoire sans savoir qu'il est dans les mains de son propriétaire légitime.


► STORYLINE
La Gloire de mon Père:

   
Henry Howard, Duc de Norfolk était, comme son titre l’indique, une personnalité importante de la noblesse anglaise. Environ 1m85, une musculature taillée grâce aux batailles et à la chasse, Le duc De Norfolk était un homme viril qui n’avait toutefois jamais oublié le raffinement qu’exige son titre et savait rester distingué malgré sa carrure. C’est en 1650, âgé alors de 25 ans, que Henry succéda à son père mort prématurément lors d’une bataille.

La santé financière de son duché avait beau être au beau fixe, l’argent n’était pour autant ni la seule ni la principale source de pouvoir du Duc. Sa puissance lui venait surtout de son armée conséquente qui lui était bien utile comme force de dissuasion d’abord face à la république puis face au roi. En effet, des tensions existaient entre le Duc et le pouvoir en place, tout d’abord, en étant un fervent royaliste. Puis, lorsqu’enfin un roi revint sur le trône, les tensions continuèrent par la volonté qu’avait le Roi Charles II de se rapprocher de la France catholique alors que Henry Howard était un anglican pur et dur et proche de nombreuses personnes influentes de son Église.

C’est moins d’un an après l’obtention de son titre que Henry se maria à une fille de haute noblesse avec qui il eut deux fils, Henry jr. et Geoffrey. Malheureusement pour le Duc, sa femme péri de la fièvre jaune tout comme son fils cadet en 1657. Fou de douleur, Henry devint extrêmement taciturne, et colérique. Son état changea toutefois lorsqu’en 1669, il redécouvrit l’amour en la personne d’Alianore Feeliak, une jeune fille de 19 ans issu d’une famille de moyenne noblesse, qu’il épousa un an plus tard et lui fit un fils en 1672, qu’il nomma Adam. Ce fils lui restera son dernier. Lors d’une partie de chasse, le duc fut surpris par un cerf plus résistant que prévu. Il s’en sorti avec des blessures sévères qui, bien que n’ayant pas mis fin à sa vie, le rendirent définitivement stérile.

Le Chateau de ma Mère:



Alianore Feeliak était une noble tout à fait banale en apparence. 3ème enfant et première fille de ses parents, son destin était celui de tout noble n’ayant pas eu la chance de naitre homme : être marié à un bon parti. Toutefois Alianore restait différente de la plupart de ces nobles puisqu’elle était la fille d’une sorcière. La famille de sa mère était issue d’une longue lignée de sorcières. Le savoir ésotérique de cette lignée n’était transmis qu’aux femmes. La fille ainée de la matriarche reçoit le grimoire dans lequel est rassemblé le savoir de toutes les générations, qu’elle complète elle-même avant de la léguer à sa première fille. Cette lignée se nommait les Seriak mais il n’y avait bien que de l’antique grimoire que ce nom, le nom de la première sorcière de la famille, put être trouvé. Ces sorcières étaient depuis bien longtemps intégrées dans la noblesse anglaise et leur nom s’est perdu à force de mariage avec des hommes nobles.

Cette famille transmettait son savoir qu’aux femmes pour la simple raison que les hommes de cette lignée ne possédaient aucun ou peu de pouvoirs magiques. Il arrivait en d’assez rares occasions que des hommes possèdent des pouvoirs équivalents aux femmes (moins d’un homme sur 400 naissait ainsi). Pour ceux-là, tant pis, leurs sœurs allaient sans doute obtenir des pouvoirs équivalents alors pourquoi s’en soucier ? Surtout que bien souvent les hommes mariés à ces sorcières ignoraient les pouvoirs de leurs femmes et enfants. Cela allait très bien aux sorcières qui éduquaient leurs filles, leur époux ne se souciant que peu de leurs descendantes ne voyant en elles qu’un moyen quelconque de renforcer leur position en les mariant. Toutes les femmes recevaient l‘éducation magique, mais seule l’ainée de la branche principale recevait le grimoire, ce dernier étant, bien entendu, unique. Ce dernier était d’ailleurs enchanté pour que seuls les membres de la branche principale ainsi que l’héritière légitime puissent le lire, quiconque d’autre essayant de le lire, sorcier où non, n’y verra qu’une encyclopédie de l’histoire des grandes familles anglaises.

Alianore était donc, comme sa mère avant elle, l’héritière de la branche principale. Elle avait par conséquent reçu dès son plus jeune âge une éducation stricte liant à la fois le savoir être d’une dame de la noblesse et les connaissances ésotériques de sa lignée. À l’âge de 16 ans, son père désirait ardemment la voir marié (il en avait une autre à se débarrasser après elle, autant s’y prendre le plus tôt possible) mais cette dernière refusait et résistait fermement aux prétendants que lui envoyait son père. Elle ne voyait en eux, et pas forcément à tort, que des petits idiots arrogants ne sachant que frimer par leurs rangs sociaux. Certains d’entre eux étaient même repartis avec quelques démangeaisons inexpliquées en des endroits où leur savoir vivre les empêchait de gratter en public.

Ce n’est que quelques années plus tard, trois précisément, qu’Alianore rencontra enfin un homme qui lui plut. Cependant, cet homme était plutôt difficile à atteindre, un Duc, veuf de surcroît. Le Duc de Norfolk était présent en une soirée mondaine comme cela lui arrivait en de désormais très rares occasions. Il avait en lui cette force naturelle, ce charisme malgré sa tristesse apparente qui tranchait avec le désir de se pavaner des plus jeunes gentilshommes. Quant au Duc, s’il remarqua une jeune femme aussi ordinaire qu’Alianore c’était pour sa façon de le regarder. Là où il ne voyait que de la pitié dans le regard des autres, les yeux de la demoiselle brillaient d’une flamme qui n’était pas sans lui rappeler ceux de feu sa compagne.

C’est ainsi que les deux s’approchèrent puis se marièrent (pour le plus grand bonheur du père d’Alianore qui commençait à se dire qu’elle avait bien fait de refuser les prétendants au vu du morceau de choix qu’elle avait dégoté). Ils eurent donc un fils, Adam, avant que Henry devienne stérile. Cette nouvelle bouleversa Alianore qui, bien qu’aimant son fils, espérait avoir une fille pour lui succéder. Dans le cas contraire, elle perdrait son statut et c’était à sa nièce que reviendrait le grimoire.

Le temps des secrets:



Adam Howard, fils cadet d’un Duc et d’une noble, vécu une enfance aussi luxueuse qu’ennuyante. Il reçut une éducation classique stricte, au cas où il dut hériter du titre, c’est-à-dire, si son frère de 20 ans son ainé ne pouvait plus y prétendre. C’est donc en tant que remplaçant potentiel qu’il était élevé. Conscient du rôle qui lui était désigné, qu’il n’appréciait guère, il restait toutefois assidu dans ses études, le savoir étant de son point de vue la seule porte de sortie qui aurait pu lui être offerte.

Il ne voyait que peu sa famille. Tout d’abord parce qu’il devait passer le plus clair de son temps avec des précepteurs. Il n’avait aucune affinité avec son frère. Son père était bien trop souvent occupé à… faire ce que fait un Duc quoique ce soit. Sa mère restait encore le membre de sa famille qu’il voyait le plus. Leur relation restait toutefois toujours tenue et polie, sa mère étant toujours distante. Elle félicitait son fils quand elle apprenait les bonnes appréciations de ses professeurs et le réprimandait gentiment dans le cas opposé, mais elle ne faisait jamais preuve de plus d’affection que nécessaire. Sans doute était-ce une règle de tenu nécessaire chez les femmes de la haute société, mais, lorsqu’Alianore était perdu dans ses pensées en présence de son fils, Adam ne pouvait s’empêcher de ressentir dans le regard de sa mère un sentiment de tristesse ou de déception. Ainsi passait la vie monotone et sans intérêts d’Adam jusqu’en 1685.

Cela faisait maintenant de nombreuses années qu’une traque aussi minutieuse que discrète avait été menée contre la lignée Seriak dont Alianore était la fille de la matriarche. Alors âgé de 35 ans elle allait atteindre d’ici peu le paroxysme de son pouvoir tandis que ceux de sa mère commençaient lentement à décliner. Il fut donc décider d’organiser une cérémonie le soir du solstice d’été, comme le voulais la tradition, pour transmettre le titre de Matriarche à Alianore. Les inquisiteurs qui traquaient cette lignée eurent connaissance de cette réunion et y trouvèrent l’occasion parfaite de se débarrasser de ces impies en un seul coup ou presque. Une fois les sorcières présentent au sabbat, soit les plus puissantes, capturées ou tuées, ils n’auront plus alors qu’à traquer les derniers membres de la ligné.

Le plan des inquisiteurs était bon, ils connaissaient le lieu et l’heure du rassemblement et étaient préparé à affronter les sorcières. Cependant, le matin de la réunion, fortifié par le solstice approchant, Alianore sentit la menace planée sur elle et sa famille. Elle prit conscience du danger qui les guettait et que sa vision allait au mieux permettre de rééquilibrer la bataille qui allait avoir lieu le soir même. La cérémonie aurait pu être reportée, mais elle savait que cela ne ferait que différé un combat inévitable. Il fallait donc se préparer à se battre et vaincre. Mais la bataille allait être incertaine et avant cela, en hâte, il lui fallait mettre à l’abri ou tout du moins tenter de le faire, les deux choses les plus importantes à ces yeux.

Adam fut profondément surpris lorsqu’un serviteur interrompit sa deuxième leçon de la matinée portant sur l’algèbre sur ordre de sa mère. Elle le priait de rejoindre ardemment ses appartements. C’était la première fois de sa vie que sa mère s’immisçait ainsi dans son éducation. Lorsqu’il arriva auprès de sa mère, cette dernière fut brève

« Je vous ai fait préparer vos bagages, nous partons dans quelques minutes. Une voiture nous attend et partira d’ici un quart d’heure, tenez-vous prêt. Je tiens à vous avertir le voyage sera long. »

Adam en restait pantois. Que signifiait cette expédition ? Pourquoi maintenant, pour quoi aussi vite, pourquoi venait-il tout juste de l’apprendre et où allaient-ils ? Toutes ces questions se bousculaient dans sa tête tandis qu’il obéissait malgré tout aux ordres de sa mère. Il se retrouva donc dans la voiture en compagnie de cette dernière dans le quart d’heure qui suivit. À l’arrière se trouvaient un sac, qu’il identifia comme son sac de vêtement ainsi qu’une mallette, probablement les affaires de sa mère.

Le fiacre avançait sans un moindre mot des personnes présentent à l’intérieur. Adam ne tenait plus, la tension qu’il ressentait et ce silence de plomb avaient fait que les trente dernières minutes de trajet effectué semblait avoir duré plusieurs heures. Le silence de sa mère devenait insupportable et l’incompréhension du fils se transformait petit à petit en colère au fur et à mesure que la voiture avançait. Il n’en put soudain plus il avait besoin d’exprimer son désarroi :

« Il suffit maintenant, gronda-t-il. N’allez-vous donc jamais cessez ce silence ? Allez-vous enfin me dire où allons-nous ? Que se trame-t-il enfin, Père est-il au courant ? »

Adam se rendit alors compte qu’il venait de crier sur sa mère et se sentit terriblement misérable pour cela. Ce sentiment se renforça d’autant plus que sa mère ne semblait pas lui en tenir rigueur. Elle se contenta de lui répondre d’une voix calme :

« Je suis désolé Adam, je sais que je te dois explication, mais sois patient, je t’expliquerais une fois arrivé. »

Le jeune homme fut surpris de la familiarité avec laquelle sa mère venait de lui et le fit se sentir encore plus inconfortable. Il accepta toutefois de prendre son mal en patience. Ils arrivèrent enfin au bout de quelques heures à la dite destination qui se trouvait être un port. Là, avant de sortir du fiacre, Alianore prit la parole :

« Adam, je te pris de m’excuser. Elle fit une longue pause. Les mois qui vont suivre vont être difficiles. Ta vie est grandement menacée et il faut que tu quittes le royaume
— Quoi ? Qu’est-ce que…
— Ne m’interrompt pas Adam, s’il-te-plait ! rétorqua Alianore en haussant la voix avant qu’il n’eût le temps de finir sa phrase. Des hommes viendront, et s’ils te trouvent, il en sera fini de toi. Comprends-moi, je t’en prie, je n’ai pas d’autre choix que de t’envoyer sur le nouveau continent.
— Mais comment des gens pourraient venir s’en prendre impunément au fils d’un des Ducs les plus puissants du pays, père me protégera !
— Je crains que ton père ne fasse rien contre ces hommes. Écoute-moi bien Adam, dans tes affaires il y a des vêtements, de la nourriture pour le trajet et un peu d’argent. Je me charge de payer ta place sur le bateau. Tu ne devrais pas avoir de problème sur ce dernier puisque c’est un navire pour nobles et gentilshommes, mais fait bien attention une fois sur le continent. Je suis désolé Adam de t’abandonner ainsi, je ne peux t’accompagner et je n’ai pas de connaissances dans le nouveau monde. J’aimerais qu’il existe une autre solution. Maintenant concentre toi, car ce que je vais te dire est fondamental. Dans la mallette se trouve différents objets, mais notamment un livre. Ce dernier est extrêmement précieux. Ne le perds pas. Il te semblera ordinaire, une simple documentation sur les familles anglaises, mais conserve le comme si ta vie en dépendait. Enfin, n’utilise jamais ton nom de famille et ne parle jamais de ta parenté avec ton père ou moi. »

Elle marqua un temps d’arrêt. Elle avait les yeux humides. Enfin, elle fit la chose la plus surprenante qu’Adam ne vit jamais. Plus étonnant que ce voyage, plus étonnant que ses familiarités dans son langage, elle enlaça son fils. C’est à ce moment précis qu’Adam comprit toute la gravité de la situation, quand sa mère lui fit preuve de son affection comme jamais avant. Ils sortirent de la voiture et se séparèrent. Alianore lui dit en adieux qu’elle espérait le revoir prochainement puis retourna rapidement dans la voiture.

Adam était perdu. Du jour au lendemain, il passait de fils de Duc à fils de personne en quête du nouveau monde. Le trajet se passa bien. Il possédait une cabine dans le bateau où il passa la totalité du trajet. N’ayant rien d’autre à faire, il regarda la malle de sa mère où il y découvrit des objets pour le moins étranges. Des bougies de différentes couleurs, des craies, des pierres, elles aussi de différentes couleurs, et à en juger par son œil de néophyte, certaines d’entre elles étaient des pierres semi-précieuses. Divers autres objets dont il ignorait l’utilité. Mais le plus surprenant était le fameux livre. Loin d’être aussi banal que sa mère avait voulu lui faire croire. Il était pour le moins singulier. Il était rempli de symbole qu’Adam voyait pour la première fois et qu’il était pourtant capable de lire comme s’il s’agissait classiquement de la langue anglaise. De nombreux dessins étaient tracés dedans, notamment des cercles avec des inscriptions complexes à l’intérieur.

Il ne tarda pas longtemps à comprendre qu’il s’agissait d’une livre ésotérique. Il n’y connaissait rien en magie, mais en religion si. Son père tenait particulièrement à ce qu’il eut une éducation religieuse digne de ce nom, étant lui-même très pieux. Si Adam, ne connaissait rien en sorcellerie, il s’y connaissait assez en hérésie pour la reconnaitre dans une de ses formes les plus évidentes. Il comprit soudainement la situation, dans lequel il se trouvait. Pourquoi il était en danger, pourquoi, d’après sa mère, son père ne l’aurait pas protégé. Les deux mystères qui lui restaient étaient de savoir pourquoi sa mère n’était pas venue avec lui et pourquoi lui avoir confié ce livre. Il semblait précieux vu comme elle en parlait. Il savait malheureusement que ces questions resteront longtemps sans réponse. Il passa le reste du trajet à feuilleter le livre. Loin d’être comme son père, son éducation religieuse l’avait plutôt dégouté de l’Église et, au contraire, il était fasciné par l’occulte. Il apprit malheureusement que seules les femmes de sa famille possédaient des pouvoirs magiques. Mais ça n’allait pas l’empêcher d’essayer… Une fois qu’il se saurait dans un endroit tranquille et de préférence entouré d’autre chose que de l’eau à perte de vue.

Si le trajet de plusieurs semaines s’était bien passé (coup de déprime, colère et morosité exclus), la suite sur le nouveau continent fut plus difficile. Que fais un enfant de 13 ans qui n’a jamais travaillé de sa vie, qui arrive en un lieu qu’il ne connaissait pas ? Question difficile pour Adam. L’argent qu’il avait sur lui permis de tenir quelques mois en payant pour dormir et manger, mais ses fonds n’étaient pas infinis, loin de là. Il se trouva très vite sans le sous, sans logis et affamé. C’est à ce moment-là qu’il fit une erreur : celle de tenter de prendre de la nourriture qui ne lui appartenait pas. Bien évidemment, il se fit prendre. Sa sentence fut "douce" en comparaison de ce qu’elle aurait pu être. Il fut marqué au fer rouge sur le dos de la main d’un V que chacun reconnaissait comme le signe des voleurs, et attaché une journée entière sur la place publique. À la fin de cette journée, tout le monde dans la ville connaissait sa tête et sa qualité de vaurien et sa situation, déjà difficile, devint donc encore pire.

Un homme eut toutefois pitié de lui et lui offrit quelques provisions et de l’eau. De quoi tenter d’aller à la ville voisine, puisque plus aucunes perspectives d’avenir (déjà minces) ne lui restaient ici. C’est ainsi qu’il se retrouva à Warwick Bay. Il cachait désormais sa main grâce à un tissu enroulé entour tel un bandage. Là-bas, il y trouva une famille qui, ayant récemment perdu un membre de personnel, accepta de le prendre à son service. C’est ainsi qu'Adam Jonson, fils de personne, devint servant dans la famille Perkins.

Cela faisait désormais 4 ans qu’Adam servait la famille Perkins. Si les débuts furent difficiles, et qu’il échappa de justesse à être renvoyé plus d’une fois, il s’était depuis parfaitement adapté à son rôle qu’il accomplissait très bien (à défaut de l’accomplir parfaitement). Mr Perkins était un homme sévère mais juste, qui désirait des serviteurs obéissant est disponible à tous moments, mais qui en dehors de cela les laissait jouir d’une très grande liberté lorsqu’ils n’étaient pas en service. Quant à la fille de Mr Perkins, Caoimhe Perkins, elle était… étrange. Peu bavarde et ayant toujours un regard hautain, elle n’en était pas pour autant (trop) capricieuse et faisait rarement appel aux serviteurs sans raisons.

Cette grande liberté permis à Adam de tester son grimoire. La magie n’était clairement pas chose aisé, même avec un livre aussi utile. Il réussit toutefois à lancer quelques sorts sans grandes importances (un voisin belliqueux se retrouva à chopper des poux, et au contraire, quelques rares plans de maïs du champ d’un voisin sympathique se retrouvèrent avec des épis plus gros que la moyenne). Comme expliquée dans le livre, la sorcellerie qu’il effectuait était directement liée aux émotions qu’il ressentait au moment de lancer le sort, et envers la personne sur qui lancer le sort.



► DERRIERE L'ÉCRAN
Bronq

22 ans

Une Ours sauvage m'a attaqué

Eucalyptus

Voir le profil de l'utilisateur
le 08.01.17 17:29

_________________
avatar
LA MAIN DE DIEU
Bienvenue à toi jeune serviteur smile
Puisse ton chemin être guidé par la lumière divine, et bon jeu parmi nous ! bible
Voir le profil de l'utilisateur
le 08.01.17 17:50
Alphaeus Vail a écrit:Bienvenue à toi jeune serviteur smile
Puisse ton chemin être guidé par la lumière divine, et bon jeu parmi nous ! bible

Lumière divine, bien sûr, après tout nous sommes tous les enfants du seigneur innocent
Voir le profil de l'utilisateur
le 08.01.17 18:05
avatar
Invité
Invité
Bienvenue parmi nous Falh ! slt
J'espère que te retrouver vite en jeu. cute2
le 08.01.17 18:15
    bwaha

    slt GG encore pour le travail accompli sur ta fiche !
Voir le profil de l'utilisateur
le 08.01.17 18:24

_________________
avatar
Souillure infernale

félicitation tu es validé!

Bienvenue à toi Adam!
Quelle jolie fiche! Ce fut un réel plaisir que de lire, c'est fluide, parfaitement écrit, sans lourdeur! J'ai tout d'abord été étonné de voir la mention d'un personnage historique et si j'ai été un peu frileuse à ce sujet, le déroulement de ton histoire m'a rapidement rassuré! Quoi qu'il en soit, Caoimhe aura bien de la chance de t'avoir à ses côtés! C'est donc avec une grande joie que je t'annonce ta validation et te remercie pour cette fiche de qualité! Je te souhaite un excellent jeu sur Witchcraft love4

Maintenant que tu es validé, nous t'encourageons à te rendre sur les liens suivant pour effectuer mes premiers pas sur le forum et commencer à rp! En cas de besoin, le staff reste à ta disposition! ♥️

demande de logement
Demande de rang
Demande de liens
Demande de RP
Voir le profil de l'utilisateur
le 08.01.17 18:27
Bienvenue sur le forum !

Ça c'est de la présentation expresse !!!
Voir le profil de l'utilisateur
le 08.01.17 20:03

_________________
avatar
Bienvenue, officiellement !

Je suis sûre qu'il va bien s'entendre avec Caoimhe bwaha
Et GG pour les références à Marcel Pagnol.
Voir le profil de l'utilisateur
le 08.01.17 20:28

[Page 1 sur 1]

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum