La main de sel

[Page 1 sur 1]


_________________
avatar
Le marteau des sorcières

La main de sel

« Nous sommes la main gauche de Dieu. Nous sommes ceux qui, dans l’ombre, feront perdurer Sa lumière. En Son nom, nous combattons le feu par le feu. »


La main de sel a été fondée dans un couvent français par la Mère supérieure elle-même, une sorcière en quête de rédemption. Maison entièrement féminine, elle ne s’est jamais ouverte au genre masculin pour des raisons religieuses. Le Coven a compté en son sein des religieuses tout comme des jeunes filles venues au couvent pour être éduquées avant de se marier. Certaines ont, par la suite, transmis leur savoir à leurs filles par tradition orale – d’où le manque criant de documents à leur sujet. D’ascendance catholique, la main de sel accueille désormais des protestantes et même des athées. Ses disciples refusent de l’appeler sorcellerie. L’exorcisme, la guérison et l’art du camouflage son leurs principales spécialités. Il leur est interdit de tuer, même par légitime défense : mourir en martyr reste plus honorable. Les plus conservatrices se considèrent comme des croisés en lutte incessante contre le Diable. Les moins impliquées se servent de leur art pour se vouer aux autres. Les membres du Coven peuvent être infirmières, apothicaires et même religieuses. Elles se spécialisent dans les onguents et les breuvages, toujours accompagnés d’une formule – le plus souvent tirée de la Bible. Toutefois, certaines se sont déjà montrées plus belliqueuses. La lignée du Diable porte encore les cicatrices brûlantes de la main de sel, et vice versa.

La création de la main de sel remonterait à la première Inquisition. Après avoir été fondé au Royaume de France, le culte s’étend aux pays voisins puis émigre en Angleterre et en Irlande lors de la persécution des protestants. Certains disent que les sorcières de la main de sel l’ont rejointe par pur opportunisme, afin d’échapper à la question. Mais ses disciples, de la plus modeste à la plus haute gradée, l’assureront : chacune œuvre pour le bien, afin d’empêcher la venue du Malin sur Terre.Les relations du Coven avec les chrétiens – protestants et catholiques – demeurent ambiguës. La main de sel n’a pas échappé aux différentes persécutions. C'est d'ailleurs durant ces périodes qu'elles ont développé des talents pour se cacher : leur discrétion n'a rien à envier aux plus grandes lignées sorcières. Les rares qui connaissent son existence sont partagés. Pour certains, l’usage de la magie, même au nom du Bien, est un péché. D’autres, plus pragmatiques, ont remarqué le côté avantageux de leurs dons. Aucune d’elles n’a réussi à interpeller le Pape : leur existence demeure taboue. Comme si leurs messages n’avaient jamais été lus, ou même reçus.Si la lignée du Diable est la viscérale ennemie de la main de sel, les autres lignées et covens demeurent partagés à leur égard. Le Coven considère comme allié toute personne qui ne sert pas Satan.

Ses partisans

■ Poste vacant (matriarche) - âge | Libre
■ Nom & prénom - âge | Libre
■ Nom & prénom - âge | Libre
■ Nom & prénom - âge | Libre
Voir le profil de l'utilisateur
le 21.12.16 19:04

[Page 1 sur 1]

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum