Un sou pour vos pensées ? - Ft. Aleera

[Page 1 sur 1]

Début Janvier 1690 - Aleera & Roxanna


" L'habit ne fait pas le moine. "

Je n'avais que très peu de relations avec mes plus proches voisins, les Indiens et les Gitans de Warwick Bay. Je n'avais aucuns préjugés à leur propos, contrairement à la majorité des simples habitants, même si je prêtais l'oreille aux commérages et aux rumeurs qui couraient sur eux. La famille Belkhan était aux cœurs d'un certain nombres d'entre elles, ils étaient entourés de mystères troublants et parfois même particulièrement tordus. La mort planait autour d'eux, elle faisait partie de leur vie comme elle hantait la mienne. Même s'ils semblaient mieux le vivre que moi, s'en repaître et en sortir plus forts, plus dangereux et plus mortels encore. Dans le Crépuscule de Promethée, il nous arrivait de parler de l'ancienne lignée de Belkhan, divisées en deux branches qui s'opposaient et se haïssaient. Je ne savais pas si toutes les rumeurs à leur propos étaient avérées ou si même l'une d'entre elles uniquement avait un fond de vérité, mais je ne savais rien à propos des actuels membres de Belkhan ou si même ils pratiquaient encore la magie, quel type de magie ... Et j'étais particulièrement curieuse. Est-ce qu'ils disposaient d'informations à propos du triple retour, est-ce qu'ils pouvaient m'enseigner de nouvelles choses, m'aider à exploiter mes pouvoirs sans qu'ils ne me causent des problèmes ou mieux ... Est-ce qu'ils en savaient plus sur les malédictions, sur celle qui semblait s'acharner sur moi et toute ma famille ? Pouvaient-ils m'aider ?

C'est dans cet optique de satisfaire ma curiosité malsaine que j'avais décidé de leur rendre visite. Sous couvert d'une visite pour passer une commande de tissus pour de nouvelles tenues, j'espérais tenter de glaner des informations à leur propos et possiblement m'introduire dans leur cercle de pratiquants des arts obscurs. Leur lignée était ancienne, ils devaient disposer de connaissances plus poussées, plus approfondies que les miennes, et cela m'intriguait de voir comment d'autres sorciers se comportaient et utilisaient leurs pouvoirs. Je savais pas s'il existait une poignée de main commune à tous les sorciers, mais j'espérais trouver un moyen pour entrer en contact avec eux. Armée de mon simple courage et de ma curiosité sans fin, un panier de plantes au bras, je partis donc comme si je faisais une simple balade qui mènerait mes pas jusqu'à camp gitan et à la famille Belkhan.

L'endroit semblait particulièrement animé et joyeux, cela faisait chaud au cœur, même si les visages se fermaient quand je mentionnais le nom des Belkhan que je cherchais. Ils me dirigèrent vers un endroit un peu plus éloigné du reste du groupe et pendant quelques secondes je me sentis presque démunie face à la puissance qui semblait se dégager de l'endroit. Je respirais une grande bouffé d'air frais avant d'aller toquer à la porte. Quand on vient m'ouvrir, je m'efforçais d'afficher un sourire amical.


" Bien le bonjour Mademoiselle. Suis-je bien chez les Belkhan, Aleera Belkhan, la tisserande ? Désolée de passer ainsi à l'improviste, je sais bien que j'aurais pu faire autrement, mais je passais dans le coin tandis que je ramassais des simples, et je me suis dis que j'aurais meilleur temps de faire d'une pierre deux coups. J'aurais besoin de ses conseils et de son aide pour des tenues et du tissu. "
Voir le profil de l'utilisateur

_________________
avatar
Souillure infernale
Sinistre mélopée, la porte s'ouvre dans un grincement. La lumière pâle de l'hiver force Aleera à froncer les sourcils avec que ses yeux et glaciaux, se pose sur la silhouette inconnu. Par l’entrebâillement de la porte, la gitane asociale toise de bas en haut la jeune femme. Jolie morceau, chevelure brune et teint de porcelaine. En voilà une, encore, qui ne devait avoir aucun mal à séduire. Comme pour Betty, sa première pensée fut de se dire qu'il s'agissait là d'une des amantes de Duncan qui venait toquer ici dans l'espoir de gagner un peu plus l'affection de son aîné. Comme s'il pouvait avoir la moindre parcelle de tendresse pour ces catins... Mais non, la belle baragouina en souriant qu'elle était là pour elle. Pour la tisserande qu'elle est.

« Ah... Bah fallait le dire tout de suite, j'vous ai pris pour une des putes de mon frère. C'est moi Aleera, entrez.»

Grogne Aleera sans le moindre respect avant d'ouvrir plus grand la porte, se dévoilant entièrement. Pieds nus sur le sol de bois, elle recule, désignant d'un mouvement du bras, le modeste salon de leur chaumière. L'endroit était plutôt chaleureux si l'on oubliait les innombrables crânes d'animaux qui ornait le tour de la cheminée. Les trophées de chasse de Dimitri.... La gitane s'éloigne doucement, s'approchant vivement des fauteuils devant la cheminée et s’affale sur l'un d'eux, avec une nonchalance particulière. Alors qu'elle toise une fois encore la belle inconnu, Aleera désigne le second fauteuil de libre et murmure.

« Excusez le dérangement, on a pas l'habitude de recevoir de la visite ici... Et donc... Vous voulez... Des conseils ? Je vois pas trop ce que je peux vous donner comme conseil... Z'avez pas l'air d'une personne qui à besoin de conseil pour s'habiller. »

Un sourire mesquin étire ses lèvres et la femme se penche en avance, ricanant sans ménagement.

« Vous êtes plutôt joli, vous avez belle allure... J'ai du mal à croire que vous êtes là pour mon travail. C'est quoi votre nom ? »
Voir le profil de l'utilisateur

[Page 1 sur 1]

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum