[RP LIBRE] Allons voir nos... Alliés ? (pv Duncan & Aleera)

[Page 1 sur 1]

Adam avait suivit du regard les villageois partant fièrement affronté le Wendigo. Il avait fortement douté qu'il fussent prêt pour ce combat. Des armes ordinaires, quelques torches, et un prêtre. Un prêtre ! À quoi avait servit d'aller voir les indiens. Alors on faisait l'effort de communiqué avec un peuple qui avait des relations conflictuelles avec Warwick Bay, on apprend ce qu'est la bête et ce qu'elle craint et ils décident d'aller la vaincre à force de psalmodies ! Mais puisqu'ils avaient désirer y aller ainsi, il n'allait pas les retenir mais il n'allait pas les rejoindre non plus.

Ainsi il ne fut pas des plus surpris de les voir revenir moitié moins nombreux et dépités. Il alla toutefois les voir revenir pour apprendre ce qu'il s'était passé. Il n'était pas seul dans ce cas, et les nouvelles se rependirent vite. La bête parlait, cherchais sa fille et allait faire un massacre si on ne la ramenait pas cette nuit.

Bon. Il n'allait pas se mentir, il n'avait aucune idée de qui pouvait être cette gamine cherchée par le wendigo. Enfin gamine, elle pouvait très bien être plus âgée que lui. Et puis rient ne prouvait que c'était quelqu'un de Warwick Bay, instinctivement il aurait plutôt misé sur une native. Bref, il ne savait pas où chercher, il n'avait pas le temps de chercher, donc il n'allait pas chercher. D'autres le feront pour lui. Mais puisqu'il n'était pas sûr qu'ils allaient le faire bien, il fallait se préparer à se défendre en cas d’échec.

Il ne connaissait pas grand monde capable de se battre avec une telle créature. Et ceux qu'il imaginait capables d'un tel exploit étaient... dérangé ? Mais il fallait bien tenter de leur parler, les risques étaient trop grands pour ne pas mettre toutes les chances de son coté. Alors une torche à la main, il décida de traverser la forêt en direction du campement. Il n'était pas prudent de traverser la forêt la nuit, mais pour Adam, il semblait que cette nuit particulière était paradoxalement la plus sure pour cette balade.

Depuis sa rencontre avec Aleera, Adam s'était légèrement renseigné sur elle et sa famille. D'après les rumeurs, une branche des gitans avait été maudite il y a bien longtemps. De cette famille restait deux frère et une sœur qui vivaient entre eux, reclus des autres gitans. Les informations sur eux se faisaient rares, on évitait de parler d'eux, détournais la conversation. Ils étaient crains c'était certain. Et pourtant c'était bien à la porte de leur demeure qu'il frappait désormais pour qu'on lui ouvre.
Voir le profil de l'utilisateur
le 09.05.17 21:15

_________________
avatar
Souillure infernale
Qu'y avait-il de mieux que ce calme serein ? Seule avec ses frères, Aleera profiter d'une soir pas bien différentes des autres. Mais la quiétude régnait dans la maisonnée et c'est tout près du feu de cheminée que la jeune était, assise dans un fauteuil, un livre entre les mains. Si la panique régnait dans la colonie et dans un campement perdu au milieu de la forêt profonde, ici chez les gitans, ce n'était qu'une soirée comme une autre. Ou presque.

C'est le bruit d'un poing contre le bois qui force la maudite à lever son nez de son livre, sourcils froncé. Qui pouvait bien venir frapper à leur porte à une heure si tardive ? Les visiteurs étaient déjà rares, mais là, c'était exceptionnel. Aleera porte un regard sur Duncan puis ferme son livre avant de se lever. Doucement elle ajuste sa chemise de nuit, referme sa robe de chambre avant de ceinturer ses hanches de la ceinture de soie assortir puis s'approche de la porte avant de déverrouiller le lourd loquet qui les protégeait de toute intrusion. Alors que le bois grince, que la jeune femme entrouvre la porte, c'est avec surprise qu'elle voit le faciès d'Adam dans l'embrasure.

« Adam... ? »

Elle ouvre plus grand la porte, s'engouffre sur le perron. Non, elle ne l'invite pas à entrer, elle est presque sûr que Duncan le refuserait. Pourtant ce qui l'inquiète en cet instant, ce n'est pas tant la réaction de Duncan vis à vis de cet inconnu qui venait toquer à leur porte mais bien l'expression dans le regard du colon. La peur, l'angoisse, l'empressement.

« Ne me dis pas que tu t'es collé la milice à dos en jouant avec la magie... »


C'était pour elle, l'option la plus probable. Malgré sa tenue légère et qui frôlait l'indécence, la gitane brandit un doigt vers son comparse, dents serrées et murmure.

« T'es pas bien ou quoi ? Venir ici sans prévenir... Si mon frère te vois t'es un homme mort ! »
Voir le profil de l'utilisateur
le 10.05.17 13:46

_________________
avatar
Le silence règne sur la demeure des Belkhan maudits, entourée par l'obscurité nocturne. Rien ni personne ne semble pouvoir déranger la petite famille qui fait tranquillement sa vie alors que la nuit est déjà bien tombée sur le campement gitan. Il n'est pas prudent de traîner dehors en ces temps malfaisants, alors chacun vaque à ses occupations dans le chalet, à l'abri de tout danger.

La concentration de Duncan est d'ailleurs toute vouée au morceau de bois qu'il s'amuse à travailler sur une petite table, armé d'un couteau bien aiguisé. Il tente de reproduire une sorte de chimère qu'il a découvert dans un livre de son père. Lorsque son œuvre serait achevée, il y jetterait probablement un sort de protection pour l'offrir à son frère et espérer le préserver ainsi d'une nouvelle attaque du Wendigo en pleine partie de chasse dans la forêt.

Lorsque les trois coups résonnent sur la lourde porte d'entrée, il relève pourtant immédiatement la tête. Aucun des trois sorciers n'attend une visite, et certainement pas à cette heure-ci. Le regard mécontent de l'ainé croise celui de sa cadette, et c'est finalement elle qui se décide à aller ouvrir. Méfiant, Duncan la regarde faire sans rien dire, mais sa main se referme machinalement plus fermement sur son couteau. Il ne tolérerait clairement pas la moindre menace de qui que ce soit.

Alors sans bouger de sa chaise, il tend l'oreille. Il capte le ton surpris de Aleera, et en la voyant disparaître à l'extérieur, l'idée que quelque chose d'important puisse se tramer derrière cette porte le pousse à redresser sa carcasse. Il abandonne alors son morceau de bois à moitié travaillé sur la table et se traîne à son tour jusqu'à la porte. Il apparaît dans entrebâillement à l'instant même où sa sœur termine sa dernière phrase.

"Qui est-ce que je dois tuer ?" Il demande mi-amusé par la réflexion d'Aleera, mi-agacé d'avoir été dérangé au milieu de sa tâche et à une heure aussi tardive. Il ouvre finalement un peu plus la porte pour mieux voir cet étranger qui n'a aucunement l'air d'un gitan, et le dévisage sans retenue en attendant sa réponse. Au fond, Aleera n'a pas tord. Ce petit homme a plutôt intérêt à avoir une bonne raison de se pointer ici et maintenant, en tout cas s'il ne veut pas se faire dégager rapidement et peu poliment hors du campement.
Voir le profil de l'utilisateur
le 10.05.17 17:29
Adam regarda presqu'amusé Aleera étonné de le voir ici. C'était une bonne nouvelle que ce fût elle qui lui ouvrit. Il se voyait honnêtement mal tomber sur l'un de ses frères et lui demander s'il pouvait discuter avec sa sœur... La deuxième bonne nouvelle étant qu'elle ne lui avait pas directement sauté dessus pour l'égorger. Elle semblait même presque - l'adverbe avait son importance – se faire du soucis pour lui. Bien, il allait finalement avoir une chance de leur parler semblait-il. L'un des frère d'Aleera vînt bien vite les rejoindre, sans doute l'aîné. Il dégageait un sentiment de puissance impressionnant qui ne donnait pas envie de rire. Et pourtant, comme lorsqu'il avait rencontrer Aleera la première fois, c'était derrière l'humour et le sarcasme qu'il allait cacher son angoisse.

Et bien, les menaces de mort sont un peu votre manière de dire bonjour si je comprends bien., dit-il en regardant le gitan. Mon nom est Adam pour information. Centrant de nouveau son regard sur Aleera, il reprit. Pour te répondre, non je n'ai pas de problème avec la milice, si ce n'est que pour une fois, j'aurais espéré de ces idiots qu'ils soient un peu moins stupides. Je doute que vous ne portiez un grand intérêt à ce qui se passe en ville, mais je pense que pour une fois, cela devrait attirer votre attention. Vous vous y connaissez en Wendigowak ?

C'était maintenant que les choses allait se jouer. Si les Belkhan jugeaient n'avoir rien à faire de ce qu'il disait, il pouvait au mieux rentrer bredouille de son voyage. Mais s'il arrivait à les convaincre d'apporter la moindre aide cela pouvait sans doute beaucoup faire avancer les choses.
Voir le profil de l'utilisateur
le 10.05.17 20:14

_________________
avatar
Souillure infernale
Duncan, toujours à l'affût.
Alors quand son imposante carcasse se glisse dans le dos de sa sœur, prédateur surprotecteur, même elle frissonne. Son ombre la guette et la frêle gitane pivote légèrement, relève la tête pour darder ses yeux clair sur son frère qui lui, n'est clairement pas d'humeur à rire.

« Duncan... Non c'est personne, retourne à l'intérieur, je m'en occupe... »

Minaude Aleera sans grande conviction. Elle pourtant qui n'avait aucun scrupule au mensonge se voyait soudainement peu convaincante face à son frère. Et Adam, plutôt que de faire preuve d'une quelconque retenue, répond sèchement à cette attaque, arrachant un sourire nerveux à la jeune femme si peu vêtu dans l'air frais de la fin d'hiver.

« Voilà... » Grincement de dents. « Adam si tu tiens à la vie, ferme-là. »

Lui souffle Aleera avec ce même sourire pincée et ce regard de garce qui ne lui va que trop bien. Dans l'angoisse de l'instant, son regard  clair vient s'ourler d'une lueur ambré qui disparaît aussi vite qu'elle est apparut.

Je doute que vous ne portiez un grand intérêt à ce qui se passe en ville, mais je pense que pour une fois, cela devrait attirer votre attention. Vous vous y connaissez en Wendigowak ?

A bien y réfléchir finalement elle aurait préférer la milice. Au moins, s'il avait simplement déborder avec sa magie une fois encore, elle aurait pu le tuer elle-même. Mais là... Là c'était une histoire dont elle ne voulait pas et c'est point avec lequel elle avait d'ailleurs été très clair avec Elizabeth. Foutu petit conne qui avait été jusqu'à lui baiser les pieds pour avoir son aide... Wendigowak. Le sourire de la gitane fond rapidement, remplacé par cette moue inquiète et agacée. Un regard en biais vers Duncan accompagné d'un long soupir en dit beaucoup sur sa façon de penser. Elle n'y échapperait pas, hein ? Elle s'écarte du chemin et d'un signe de la main désigne l'intérieur.

« Adam, tu peux entrer. »

Et finalement, elle s'engouffre à la l'intérieur la première, ses pieds nus traînant sur le  plancher avant de rejoindre rapidement la cheminée pour se réchauffer.

« Qu'as-tu besoin de savoir sur le wendigo ? Et pourquoi ? »
Voir le profil de l'utilisateur
le 13.05.17 10:24
La blessure de Dimitri après sa rencontre infortunée avec le Wendigo a rendu Duncan encore plus nerveux et méfiant qu’à son habitude, alors même si sa sœur tente de le renvoyer en prenant sa plus petite voix, il fronce immédiatement les sourcils, peu convaincu par ses mots. Le dit-Adam n’arrange pas les choses, parce qu’il répond sur un ton vif et sec qui surprend le gitan. Celui-ci n’était pas apparu dans le but premier de charger immédiatement l’étranger, mais puisqu’il lui en offre désormais une bonne raison, l’aîné des Belkhan se redresse dans un signe d’impatience. Le petit homme est chanceux, Aleera trône encore devant son frère. Elle le prend même de court et réprimande brièvement le jeune homme avant de le laisser parler.

Celui-ci fait mention du Wendigo, et immédiatement Duncan se retient de protester pour l’envoyer balader. Aleera l’invite à entrer, et l’aîné ne dit pas un mot. Il se contente de croiser les bras, parce que cette bestiole qui s’en est pris à son frère, il ne peut pas la voir en peinture. Alors il laisse le nouveau venu passer devant lui – sans le moindre sourire parce qu’il n’est quand même pas le bienvenue – et il prend soin de refermer porte et loquet derrière eux.

Il s’agace pourtant de voir avec quelle facilité Aleera s’apprête à se mêler des affaires de la colonie – comme si les Belkhan n’avaient pas suffisamment de problèmes comme ça. Alors, d’une voix grave et autoritaire, comme pour servir de rappel à sa sœur chérie, il répond avant Adam tout en retrouvant sa place devant sa table : « Il a raison. On se contrefout de ce qui se passe en ville. » Le Wendigo est redoutable, et Dimitri a eu de la chance de s’en sortir vivant. Il n’est certainement pas intelligent de se confronter à lui pour venir en aide aux imbéciles qui vivent un peu plus loin sur ces terres. Pourtant, Duncan sent la rage bouillonner en lui à la simple pensée que la créature puisse envoyer son frère et sa sœur en enfer plus rapidement que prévu. Il rêve de voir le danger brûler et finir en cendres. Alors malgré son air clairement boudeur, il prête une oreille attentive au récit d’Adam tout en reprenant silencieusement son morceau de bois.
Voir le profil de l'utilisateur
le 13.05.17 15:01
Il fut plus facile de convaincre Aleera de discuter que prévu. Adam n'allait pas s'en plaindre. Il pénétrait désormais dans l'antre monstrueux des Belkhan, ces êtres haineux qui se complaisaient dans la souffrance. Une demeure des plus classique. Plus intimiste qu’accueillante, elle en reste pas moins un lieu chaleureux. Enfin, si on exclus ses propriétaires évidemment.
Adam alla s'installer auprès d'Aleera pour converser. Il ignora généreusement la réflexion de Duncan et commença son récit, calmement :

Aujourd'hui, des hommes de la ville accompagnés de natifs sont allés combattre le Wendigo. Comme tu t'en doute, et comme ma présence ici te le prouve, ce ne fut pas une glorieuse réussite. Toutefois, les retours de cette confrontation sont surprenants. Un indien serait rentré en contact avec le Wendigo et lui aurait parlé ! Ce monstre serait à la recherche de sa fille. Mais ce qui m'importe, et devrait vous intéresser, c'est l'ultimatum qui en est ressorti : le Wendigo a laissé partir les hommes venus l'affronter pour qu'ils retrouvent sa fille. Si cette dernière ne lui est pas rapporté au matin, il est bien décidé à faire des ravages parmi les être humains. Et il ne semble pas être disposé à faire la distinction entre natifs, citadins ou gitans. Vous semblez vous désintéresser de ce qui touche au Wendigo, mais si nous ne faisons rien pour assurer notre défense, il sera bientôt impossible d'aller en forêt même pour des personnes telles que vous.
Voir le profil de l'utilisateur
le 14.05.17 15:16
Le début du récit d'Adam arrache un sourire discret à Duncan, bien content que ces abrutis de colons payent le prix de leur égo surdimensionné. La suite du récit en revanche, efface aussitôt le sourire moqueur et silencieux du gitan. Outré de se sentir menacé par une bestiole à l'âme corrompue - à laquelle il n'a rien demandé qui plus est - Duncan abandonne négligemment sa petite chimère en bois sur la table. Comme toujours, le temps lui manque, il n'aurait pas le loisir de s'essayer aux arts protecteurs pour son frère ce soir.

Sa réaction est immédiate. Il est d'autant plus agacé que le jeune colon intrusif a raison : même eux, les Belkhans maudits, risquent gros face à la férocité du Wendigo. "Sa fille ? Pour qui est-ce qu'elle nous prend la bestiole ? On est pas ses esclaves, il a qu'à la retrouver lui-même si il y tient tant !" Duncan s'offusque. De toute évidence, le menacer n'est pas le meilleur moyen de lui demander un service - que ce soit pour un humain comme pour un Wendigo.

Une partie de lui répète cependant les mots d'Adam, et en cas d'attaque, il faudra être prêts - en particulier si la forêt devient trop dangereuse. En parlant de forêt d'ailleurs, le gitan se rappelle de Roxanna, l'herboriste française qui habite à son orée. Elle sera probablement l'une des premières victimes si personne ne la prévient. "Ça ne nous laisse pas beaucoup de temps pour anticiper le massacre." Duncan parle d'un ton plus grave, alors que cette perspective assombrit ses traits. "Je vais chercher l'herboriste, elle aura peut-être de quoi nous aider." Maintenant que la nouvelle est dite, il faut être réactif. Le gitan prend à peine le temps de s'armer - quelle lame ou quelle balle sera de toute façon capable de percer la peau de cette créature infernale ? Le mieux, c'est de ne pas penser au pire et de filer. "Je reviens vite, ne fais rien de stupide." Il prend à peine le temps de lâcher à Aleera avant de repasser par la porte.

**

Comme prévu, le gitan n'a pas réfléchi. Il a scellé sa monture à la hâte et galope au plus vite tout droit vers la forêt. La magie bouillonne en lui alors que l'adrénaline coule dans ses veines. Il est à peine attentif aux ombres louches qui l'entourent. Tout ce qui le préoccupe, c'est le temps qui passe, alors il pousse son pauvre cheval à bout pour arriver au plus vite. La maison de la jeune française est à peine en vue qu'il saute de cheval pour aller tambouriner sur la porte en criant le prénom de la commerçante.

Avec horreur, il constate que seul le silence lui répond, alors rapidement, il est forcé de l'admettre : Roxanna n'est pas là. Il scrute la nuit, s'avance un peu entre les premiers buissons de la forêt en continuant d'appeler la française, mais rien ne bouge dans l'obscurité. La nervosité du sorcier monte d'un cran. Frustré d'avoir fait le chemin pour rien, il retourne à la chaumière de l'herboriste, fait le tour pour tenter d'apercevoir quelque chose par les fenêtres, mais l'impression de perdre son temps le prend. Il trépigne, impatient, songe un instant à sa sœur qu'il a laissé derrière lui au camp gitan, et décide de prendre une décision. Il ne va pas poireauter là toute la nuit en attendant la mort, alors sans réfléchir davantage, il défonce la porte pour se frayer un chemin dans la bâtisse vide.

Il prend à peine le temps d'observer les lieux. Son sang bouillonne et sans même chercher à le vouloir, sa magie allume les bougies de la pièce. Il fouille un instant sur le premier bureau qu'il croise, trouve du papier et laisse un mot : "Le Wendigo va attaquer à l'aube. RDV au camp gitan si tu as la trouille de mourir toute seule. On se laissera pas faire, ramène tes trucs si ça peut être utile. C'est urgent." Le gitan se sent obligé de préciser en soulignant le dernier mot, agacé par l'absence de la jeune femme. Il espère seulement qu'elle n'a pas eu la mauvaise idée de se balader cette nuit précise dans la forêt. Il signe, met le papier bien en évidence, et quitte immédiatement les lieux.

A peine a t-il à nouveau poussé la porte de sa propre demeure qu'il retrouve Aleera et Adam là où il les avait laissé. Il ne prend même pas la peine de se débarrasser de son manteau, et déclare dépité : "Elle a disparu."
Voir le profil de l'utilisateur
le 19.06.17 22:35

_________________
avatar
Souillure infernale
Le discours finit par briser le sourire de Duncan et il en fallait beaucoup pour arracher de son frère, cette moue cynique qu'il affichait presque tout le, temps. Aleera elle-même reste crispée sur son siège au fur et à mesure des paroles du jeune colon. Elle comprenait mieux sa présence ici, elle comprenait mieux ce fol espoir dans ses yeux. Stupide qu'il était.

« Donc, si je comprends bien... Au lever du soleil, le wendigo va partir en chasse pour massacrer tout ce qui se trouve sur le territoire à moins que l'on ne trouve une enfant sortie de nulle part et dont personne ne connaît l’existence ? Et toi, Adam, tu as trouvé ça intelligent et judicieux de venir nous demander de l'aide, à nous ?»

Le visage austère de la gitane se para lentement d'un sourire presque ravie, amusé alors que ses ongles griffes le cuir du siège.

« Entends le bien, je refuse catégoriquement d'avoir à affronter cette chose, je sais ce qu'elle est, je connais les légendes mais surtout je connais la vérité. »

La Belkhan se lève, pivotant doucement pour contourner son siège, faisant voler les pans de sa chemise de nuit immaculée alors que son impressionnante chevelure boucle et ondule à chaque pas qu'elle fait.

« Les histoires sont nombreuses, les détournement tout autant... Mais elles ont toutes une chose en commun... On ne tue pas un wendigo. Jamais. »

S'approchant d'une imposante bibliothèque, la sorcière observe les innombrables reliures de livres faite de cuir et certains même, d'une bien étrange matière.

Ça ne nous laisse pas beaucoup de temps pour anticiper le massacre. Je vais chercher l'herboriste, elle aura peut-être de quoi nous aider. Je reviens vite, ne fais rien de stupide.

Aleera lève le visage, posant un regard sur son frère et hoche la tête positivement avant de l'observer quitter la maisonnée. Un court silence retombe puis elle fixe à nouveau Adam, revenant vers la cheminée et les sièges.

« Eh bien, voilà un moment à graver dans la roche... Tu as réussi à rendre Duncan inquiet, mieux encore, tu sembles le pousser à agir. Adam, je commence à croire que j'ai fais preuve de beaucoup de jugeote en te laissant en vie. »

Se penchant, la sorcière attrape le tisonnier près de son siège et vient attiser les flammes avec, retournant la braise dont la douce chaleur vient réchauffer son invité.

« Bref, le wendigo donc... Une enfant hein ? Et si cela n'en était plus une ? Le wendigo n'a pas la même perception du temps que les humains, lorsqu'il devient un monstre, c'est avant tout son côté animal qui prédomine. Pire encore puisque cette bestialité est corrompue par l'animosité de son aspect humain. Une sorte de cercle vicieux, en somme... Un poison. Car là est toute la subtilité du wendigo, Adam... Il s'empoisonne lui-même, il est le seul fautif de sa nature en n'ayant pas sût combattre ses instincts, sa noirceur. Il a abandonné face à ses ténèbres... C'est triste, n'est-ce pas ? »

Un sort qu'elle ne connaissait que trop bien. Après tout, les Belkhan n'étaient pas bien loin de cela, juste de façon... différente. Alors qu'elle fixe le jeune sorcier calmement, une lueur ambrée vient traverser le regard d'Aleera. Elle disparaît à l'instant où Duncan revient, essoufflé et surtout inquiet. Aleera se lève de son siège, observant son aîné qui clame la disparition de son amie.

« Ah... Qui sait, peut-être est-elle déjà morte. »

Souffle-t-elle sans la moindre forme de compassion. Malgré tout elle s'approche vivement de son frère, venant frotter son dos tendrement et le guide vers le siège qu'elle occupait juste avant pour le forcer à se réchauffer.

« Donc, le wendigo, encore... » regard en biais vers Adam. « Tu dis qu'il a parlé, cela trahit une forme d'humanité résiduelle... Mais je doute que cela soit nécessaire. Lorsque l'on devient un wendigo, c'est pour toujours... Les légendes n'ont jamais mentionné qu'un wendigo pouvait retrouver sa forme humaine. Mais je suis néanmoins surprise par cela, il semblerait que notre créature carnassière arrive finalement à lutter contre lui-même. Cette enfant là, est peut-être sa seule et unique faiblesse. Mais se reposer juste sur cela serait du suicide. Il va falloir se montrer plus intelligent... Au fait, que sont devenus les deux enfants qui avaient été arraché par le wendigo ? J'ai entendu dire que la sœur aînée avant été retrouvé morte dans la forêt... Mais quand est-il de son frère ? »
Voir le profil de l'utilisateur
le 20.06.17 11:44
Les Belkhan se retrouvent bien plus zélés à la tâche que ne s'était attendu Adam. Lui qui s'attendait à se retrouver devant des êtres stoïques fort peu effarouchés par son histoire, il était en face d'une Aleera bavarde et d'un Duncan près à secourir la population. Ils étaient prêts à agir, mais certainement pas à affronter la bête. Adam les aurait pensés plus fières et téméraires que cela mais peu importait. Il restait bien des choses qu'il leur était possible de faire.

« Bon, avant tout il nous faudrait prévenir le reste des gitans vous ne croyez pas ? Adam faisait attention à ne surtout pas donner d'ordre, il n'était pas sûr qu'une personne comme Duncan aurait apprécié qu'un gringalet lui impose quoi faire. Je n'ai pas pris le temps de faire escale dans le campement, et je ne parierais pas qu'un autre citoyen ait pris la peine de braver la forêt pour venir avertir votre peuple. Adam marqua une courte pause. Il était relativement peu tendu aux vus de la situation. Discuter du destin de sa ville sur le point de se faire dévorer par une créature mythologique avec deux personnes assez dérangées pour se permettre de décider de vous tuer sur un coup de tête avait de quoi en angoisser plus d'un. Sans doute que le jeune homme ne réalisait pas entièrement tous les enjeux des événements. Il reprit, regardant spécifiquement la gitane.

Nous sommes face à un problème Aleera. Si les légendes disent qu'il est impossible de tuer ou de rendre son humanité au Wendigo, alors il va falloir que Warwick Bay les réécrivent. Car je ne vois pas beaucoup d'autres solutions. Pour ce qui est de rendre son humanité, il va falloir faire confiance aux natifs. Si les dires de la Shaman sont vrais, le wendigo est un skinwalker donc un indien. Sa fille fais donc très certainement parti de ce peuple, et je pense qu'elle est le meilleur espoir pour  sauver l'homme sous les traits du Wendigo. Maintenant, nous ne pouvons pas nous permettre de tout miser sur eux.

Je ne sais pas s'il est possible de tuer cette créature. Mais je ne crois pas que qui que ce soit ait les capacités d'affronter le Wendigo dans sa forme actuelle. Je ne suis pas très doué en magie mais vous, ne connaîtriez-vous pas un sortilège qui serait capable d'amenuiser les forces de ce monstre ? Je sais que le temps est limité et que les rituels mettent du temps à se mettre en place, mais si nous réussissions, enfin, si vous réussissiez à saper un minimum ses forces, ce sera toujours cela de prit.


Le jeune homme s'arrêta puis se souvînt soudainement qu'Aleera avait posé une question sur les deux enfants disparu. Il était étrange qu'elle s'en soucis.Quant au garçon enlevé, et bien, les propos rapportés à son sujet n'étaient pas clairs, mais il me semble qu'il est toujours envie. Son meurtre ferait partie des menaces qu'exécutera le wendigo si sa fille n'est pas retrouvée. »
Voir le profil de l'utilisateur
le 27.06.17 19:33

_________________
avatar
Fidèle à son détachement détestable, Aleera y va de sa petite remarque morbide concernant l'absence de Roxanna. Duncan se contente de froncer les sourcils sans relever. Il préfère imaginer l'herboriste au sein de la colonie, chez des proches ou des amis. Il apaise sa conscience par cette vision, alors que sa sœur l'entraîne près du feu en continuant de discuter de cette maudite bête avec Adam.

Il constate sans s'inquiéter que la gitane s'est renseignée sur la créature, probablement motivée par la cause après la blessure de Dimitri. Duncan n'a pas oublié s'être promis d'en découdre avec la bête maléfique, et il n'apprécie clairement pas de se sentir à nouveau menacé par elle. En plus, alors qu'il fixe pensivement le feu qui le réchauffe, Aleera fait mention de deux enfants victimes du Wendigo. Duncan relève la tête, soudainement attentif. Le meurtre d'un enfant, il n'y a rien de plus inhumain. Les Belkhan sont tout particulièrement sensibles au sujet, puisque c'est une affaire semblable qui avait été à l'origine de leur mésentente avec la lignée Drake.

Adam répond calmement, en donnant les derniers détails et en proposant quelques suggestions. Dimitri n'apprécierait pas qu'ils se livrent si rapidement à un rituel sans réfléchir aux conséquences, mais le temps manque - comme toujours. D'autant plus que le petit bouclé révèle qu'un des enfants semble être encore en vie. "Je vais faire passer le mot pour que le camp soit prêt à se défendre à l'aube." Le gitan n'est clairement pas disposé à faire confiance aux Indiens pour supposer que le Wendigo n'attaquera pas. Le risque est trop grand. Et puis il se tourne vers Aleera, spécialiste de la question : "Vois si tu peux trouver un rituel pour affaiblir le Wendigo..." Il hésite un instant, et poursuit d'une voix plus douce, parce qu'il ne veut pas que sa sœur se blâme en cas d'échec. "...ou retrouver le gamin." Décidé à ne pas s'attarder davantage, Duncan se relève, jette à nouveau son manteau sur ses épaules, et déclare brièvement : "Je reviens vite pour vous aider." Il a du mal à retenir l'anxiété dans sa voix. Le souvenir douloureux de son frère entre la vie et la mort le rend plus que nerveux. L'idée de laisser encore sa sœur derrière lui ne le rassure pas davantage.

Le sorcier ne prend pas le temps de discuter, ni de remercier Adam. Il ne prendra le temps de le faire qu'une fois l'aube passée, quand ils seront tous encore en vie grâce à lui.

***

Lorsque la porte se referme derrière lui, Duncan a l'air grave. Le camp est endormi, bercé dans l'insouciance du sommeil. Sans le courage d'Adam pour venir jusqu'ici, qui sait combien d'entre eux ne se seraient pas réveillés à l'aube ? Le gitan décide de chasser cette sombre pensée de son esprit, et de saisir la chance que le petit bouclé leur a donné. Il faut être prêts avant le lever du soleil !

Alors le gitan traverse le camp d'un pas rapide. Il s'arrête à la première porte qui croise son chemin, et tambourine sans ménagement. La porte met un certain temps à s'ouvrir timidement, et le sorcier lit immédiatement la méfiance profonde dans le regard de son interlocuteur. Être porteur d'une aussi funeste nouvelle ne l'aide pas à convaincre la famille du danger imminent. Ils s'imaginent peut-être que la malédiction qui pèse sur sa famille a fini par le rendre fou. Les pauvres n'ont pas conscience que ce sont eux, les fous, à retourner dans leurs lits sans s'inquiéter des promesses du démon de la forêt.

Finalement, ils sont peu nombreux, les gitans qui acceptent de croire à son histoire. Ils monteront probablement la garde toute la nuit devant leur porte, la peur au ventre, accrochés à leurs gri-gri protecteurs. Les plus avisés s'armeront de lames d'argent et se barricaderont avec du bois de sorbier. Mais une chose est sûre, ils seront peu à survivre au massacre, si il a bel et bien lieu.

Duncan est fou de rage, d'être ainsi ignoré. Il bouillonne, refusant de livrer autant d'innocents à un aussi triste sort. Pourtant, il ne peut pas protéger le camp seul. Et plus il s'obstine et s'impatiente, en se montrant parfois même menaçant, et plus les portes se ferment à son nez et se verrouillent. Décidément non, personne ne fera confiance à un Belkhan maudit cette nuit.

C'est finalement les gitans eux-même qui le forcent à lâcher prise, et résolu, il finit par faire demi-tour pour retourner d'un pas décidé chez lui. S'il y a bien des gens qu'il est certain de pouvoir protéger, c'est sa sœur et son frère. Se battre pour les siens, voilà une chose qu'il pourrait faire sans lassitude. Il donnera d'ailleurs sa vie à l'aube pour le faire s'il le faut.

Il a du mal à décolérer sur le chemin. Et quand il pousse à nouveau la porte de chez lui, il espère qu'au moins une bonne nouvelle l'attend - que cette nuit ne se résume pas à ce seul échec. "C'était une perte de temps. Ce camp est rempli d'abrutis prêts à mourir pour dormir quelques heures de plus." Duncan tonne, d'une part parce qu'il sera d'autant plus aisé pour le Wendigo d'attaquer un campement à découvert, et d'autre part parce que Duncan avait toujours tenu le sommeil en très basse estime, considérant qu'il s'agissait à chaque fois d'une perte de temps immense. Et puis comme il sent qu'il risque de s'énerver encore, il ne laisse pas le temps aux deux autres de l'interroger, et les devance : Vous avez trouvé quelque chose ?"
Voir le profil de l'utilisateur
le 04.07.17 16:12

_________________
avatar
Souillure infernale
Aleera écoute son comparse, il n'avait pas tord, Warwick bay avait besoin de revoir ses connaissances. Si tant est qu'ils en aient, dans cette fichu colonie. La jeune femme s'assoit sur l'accoudoir su fauteuil où Duncan est installé, laissant Adam s'exprimer. Elle écoute, attentive puis fini par hausser les épaules.

« Il y a beaucoup de chose qui seraient à revoir... Et bien plus sont à retenir. Ce que la colonie ignore ne peut pas lui faire de mal. Mais un wendigo ? C'est vraiment mauvais pour tout le monde, ces créatures sont extrêmement rare et pour cause, excessivement dur à tuer. Le dernier wendigo à avoir fait surface remonte à des siècles probablement... Et aucune trace écrire ou dessiner sur la façon de le combattre. Les indiens sont les seul à savoir comment en venir à bout mais bien trop secret sur leur légende, c'est comme cogner un arbre avec un rouleau de parchemin. »

Quant au garçon enlevé, et bien, les propos rapportés à son sujet n'étaient pas clairs, mais il me semble qu'il est toujours envie. Son meurtre ferait partie des menaces qu'exécutera le wendigo si sa fille n'est pas retrouvée.

Aleera se fige, l'enfant est en vie ? Et le wendigo s'en sert comme moyen de pression ? En voilà une chose qui attirait enfin sa curiosité. La pensée est féroce, malsaine même mais déjà, la gitane lève son derrière de son assise, le regard perdu dans le vide.

« Je ne peux pas user de la magie pour trouver le wendigo... Pour cela il me faudrait un bout de lui et une puissance magique que je ne détient pas. Et parce qu'il est lui-même né de la magie, il est fort à parier qu'une rituel de localisation serait inefficace... Mais l'enfant lui, je dois pouvoir y arriver. Pas seule cependant, je n'ai rien lui appartenant alors il va devoir fournir le sortilège avec une énergie considérable. » Un sourire mauvais et malicieux étire ses lèvres. « Adam ? Et si tu me donnait un petit coup de main ? Il est temps pour toi de faire de la vrai magie. »

◈ ◈ ◈

Alors qu'Aleera avait écarter les siège, libérant la place dans la pièce à vivre, elle et et Adam avait préparer les cercles, les bougies et différent ingrédient pour canaliser autant d'énergie que possible. Duncan qui s'était absenter pour tenter de convaincre leur communauté de se mettre à l'abri ou bien de se défendre autant que possible, se vit revenir penaud. Agacé, en réalité. Sa sœur accroupit au sol à allumer les bougies, lève le visage vers lui alors qu'il râle sans remord contre les gitans.

« Tu t'attendais à quoi ? Avec ton charisme d’huître et ton comportement odieux. On aurait dû envoyer Dimitri. »


Sauf que Dimitri était encore en vadrouille quelque part. Cette idée fit frémir la jeune femme qui s'assit devant le cercle, soupirant.

« Peu importe... Le cercle est prêt. Duncan, joins toi à nous... je vais avoir besoin d'autant d'énergie que possible. Prenez place s'il vous plaît et joignez vos mains. »

Elle tend les mains, l'une vers Adam, l'autre vers Duncan. Maintenant elle espère que le sortilège réussit. Et qu'adviendra t-il s'ils réussissaient à sauver cet enfant ? Les Belkhan, des héros ? L'idée était aussi séduisante que ridicule.
Voir le profil de l'utilisateur
le 06.07.17 13:15
Adam fut surpris quand Aleera dit avoir besoin de son aide pour le rituel. Mais puisqu’il le fallait. Le jeune homme suivit scrupuleusement les consignes de la gitane à la lettre. Il avait aidé à bouger les meubles et lui avait apporté les ingrédients qu’elle lui indiquait. Il avait tracé des cercles, s’était fait engueuler, les avait effacés puis retracé… mieux. La préparation fut au final assez rapide, la sorcière connaissait ce qu’elle faisait et donnait des directives précises. Si Adam paraissait calme à l’extérieur, il était en réalité et bien malgré lui assez excité à la perspective du rituel. Il y prenait beaucoup trop de plaisir à la vue de la situation. Il ne pouvait pas contrôler son enthousiasme alors à défaut, il essayait de sauver les apparence en se montrant faussement calme.

Les préparations étaient presque terminées, Aleera allumait les dernières bougies quand son frère revînt, insatisfait de sa visite au campement au vu de sa tête. Donc le campement ne l’avait pas cru. Hum, c’était embêtant même si ce n’était pas vraiment étonnant. Puisqu’ils vivaient ainsi isolés, les maudits ne devaient pas être particulièrement appréciés de leurs confrères gitans. Alors quand l’un deux arrivait comme une fleur au milieu de la nuit pour leur annoncer qu’ils étaient tous en danger, il n’y avait rien d’anormal à les voir sceptiques. Mais pour cette fois au moins, leur manque de confiance envers Duncan risquait malheureusement de leur couter cher. Mais pour le moment, il avait d’autres choses à se préoccuper, le rituel était prêt. Aleera leur tendait la main pour le commencer. Toutefois, avant de se lancer, Adam avait une dernière question à poser.

Avant qu’on commence, j’aimerai savoir, que fera-t-on une fois le garçon localisé ? Pas que je ne souhaite pas aller le libérer bien au contraire, mais il y a une probabilité loin d’être nulle que le Wendigo soit à ses côtés. Et je ne suis pas sûr qu’il apprécie de me voir, je pari qu’il est du genre rancunier. Alors si habituellement je ne suis pas contre le fait d’improviser, j’apprécierai qu’on réfléchisse à quoi faire avant - Adam appuya volontairement sur ce mot - que nous foncions sur une créature mythique presque invincible et accessoirement en colère.

Voir le profil de l'utilisateur
le 17.07.17 22:11

_________________
avatar
Évidemment, Aleera y va une fois encore de sa petite remarque, et excite l'agacement de Duncan. Il marche à grandes enjambées dans la pièce, sans but précis, juste en insultant ces abrutis finis qui n'ont pas pris la peine d'écouter ses avertissements. Et bien qu'ils crèvent ! Ce n'est pas lui qui ira les pleurer !

La gitane est plus détachée face à la nouvelle, et invite son frère à les aider dans le rituel. Puisque Dimitri n'est pas là pour sauver ce camp de demeurés, il n'est pas non plus là pour les empêcher d'avoir recours à la magie. Sauver ce gosse, c'est tout ce qui leur reste désormais. Alors Duncan prend docilement place aux côtés de sa sœur, forcé de ravaler sa colère comme il le peut. Le Wendigo se chargera de toute façon de venger son orgueil blessé - maigre et triste consolation.

Mais alors qu'ils s'apprêtent tous les trois à former le cercle, Adam intervient pour demander un plan. Le gitan fronce les sourcils. Il a l'impression d'avoir déjà perdu assez de temps comme ça. Ils n'ont rien fait d'utile pour l'instant, et chaque seconde qu'ils passent à s'inquiéter au lieu d'agir les rapproche de l'aube. Duncan, impatient, répond alors sèchement : "Avec de la chance, le Wendigo ne sera pas là. Tu veux un gri-gri porte-bonheur pour te rassurer ?" Sa colère qui ne s'apaise pas - au contraire, lui fait oublier la peur sur le moment. Si Adam a trouvé le courage de frapper à leur porte pour demander de l'aide, Duncan est déçu de le voir se dégonfler maintenant.

Pourtant le bouclé a raison dans le fond, la bestiole est trop dangereuse pour se lancer tête baissée - Dimitri en est la preuve miraculeusement encore vivante. L'aîné est finalement le seul a avoir su éviter soigneusement la bestiole maléfique pendant tout ce temps. Alors bien obligé de prendre sur lui et de croire les autres quant à la dangerosité terrible de la chose, le gitan soupire. "Si le Wendigo est là...on laisse le petit. Oh Duncan n'aime vraiment pas cette idée. Il s'en veut même d'avoir prononcé ces mots. Pourtant, il sait aussi très bien ce que la mort lui réserve, et il ne tient pas à précipiter sa descente aux enfers - littérale. "Et puis, il doit bien avoir ses faiblesses, même si on ne peut pas le tuer." Il se tourne vers Aleera et parle plus doucement, parce qu'il n'aime pas rappeler cette soirée difficile à sa sœur. "Dimitri et toi avez bien réussi à le repousser. On peut le refaire." Il ne serait pas surpris de voir sa petite sœur désapprouver l'idée. Ils ont eu beaucoup de chance de s'en sortir une première fois. Parier sur une nouvelle réussite, c'est risqué. Mais le gitan n'a aucune intention d'aller se frotter au monstre cette nuit. Les occasions d'agacer sa sœur en faisant l'idiot ne manqueront pas une fois qu'ils auront survécu au monstre.

Alors il tend les mains, comme pour clore le débat. "La priorité, c'est d'éviter le Wendigo, puis de sauver un pauvre gamin perdu et terrifié." Le gitan ne peut pas s'empêcher de songer au Belkhan sacrifié par les Drake. Il se demande brièvement si lui aussi, il a vu sa mort venir à la manière du pauvre petit kidnappé par la monstruosité indienne.
Voir le profil de l'utilisateur
le 18.07.17 15:25

_________________
avatar
Souillure infernale

Tout ce qu'elle veut, c'est pourquoi se concentrer, se focaliser sur cet enfant perdu au milieu de nulle part. Mais ni Adam ni Duncan ne semble vouloir la laisser se concentrer et déjà, la sorcière serre les dents d'agacement. Son regard passe d'un homme à l'autre dont elle serre les mains sitôt qu'ils se sont installé à sa suite puis elle siffle, menaçant comme à son habitude.

« Commençons par trouver l'endroit exact où se situe l'enfant. »

Avec de la chance, le Wendigo ne sera pas là. Tu veux un gri-gri porte-bonheur pour te rassurer ?

Aleera serre plus fort la main de son frère, plantant ses ongles dans sa chair avant de le tirer vers elle d'un coup sec alors qu'elle darde sur lui, un regard assassin.

« Ne me cherche pas, Duncan. Et si tu avais écouté ce qu'Adam a dit, tu saurais que le wendigo se rendra au campement à l'aube. Il suffit d'être dans sa cachette un peu avant l'aube et d'agir lorsqu'il n'est plus là. »

La sorcière soupir et hausse doucement les épaules avant de fermer les yeux. L'agacement passé, elle tâche à présent de se contrer. Duncan et Adam sont tous deux unes excellente source d'énergie et ne manquera de rien pour alimenter ce rituel, pourtant, un détail demeure et risque de  poser problème.

« Pour un sortilège de localisation, je devrais posséder quelque chose de la personne à trouver mais... Je n'ai rien de ce petit garçon. Je ne peux garantir que cela va marcher  mais nous n'avons que cette option. Si nous ne trouvons pas l'enfant... »

La phrase de la sorcière reste en suspens alors que son regard s'adoucit avant de se faire inquiet. Elle observe Duncan et Adam, même son aîné semble miner par l'idée que l'enfant ne meurt pas. On disait bien des choses sur les Belkhan mais en cet instant, ils se montraient sans doute plus humains que certains. C'est avec tendre cette fois qu'elle serre leur main, ses pouces caressant les mains des deux hommes avant que sa voix ne s'élève.

« Ne pensons pas à l'échec... Nous pouvons le faire! Tous les trois ensemble. »

Maternelle, Aleera tente de se montrer rassurante, encourageante. L'idée du rituel n'est sans doute pas pour les rassurer, Duncan n'étant pas du tout familier avec ce genre de pratique tandis qu'Adam lui, manquer d'expérience. Dans un nouveau soupir, Alera ferme les yeux et inspire. Les premiers mots sont susurrés faiblement, elle psalmodie la gitane, dans une langue étrange, ancienne. Les secondes passent, défilent et son esprit se perd dans les méandres des contrées enneigées de la Pennsylvanie.
Voir le profil de l'utilisateur
le 20.07.17 14:33

_________________
avatar
Le marteau des sorcières
La noirceur, la forêt. Il n'y a n  chant d'oiseau, ni bruissement du vent. Seules les ténèbres et le froid hivernale. Les images défilent, passe de l'esprit d'Aleera à cette de Duncan et d'Adam. Vos trois esprits sont connectés, nourris par l'énergie véhiculée dans vos corps et vos esprits. Ainsi, le rituel est plus facile à supporter mais vous sentez combien il est dur de maintenir la connexion sans l'ingrédient principal qui le compose le rituel. Vos esprits s'égarent, beaucoup trop vite, beaucoup trop fort. Il n'y a rien auquel se raccrocher et votre pilier principal qui est Alera commence déjà à flancher. Les mots magiques commencent à s’essouffler, les images dans vos esprits sont chaotiques. Le rituel vous emmène partout et nulle part à la fois. Jusqu'à ce que le grognement bestial d'une créature mortifère vrille vos oreilles, inonde votre esprit. La dernière chose que vos yeux voient c'est la gueule béante du wendigo avant que le cri perçant d'Alera vous arrache à vos visions chimériques. Sous vos yeux, le corps d'Aleera se tend alors que ses yeux sont recouverts d'un voile blanc et opaque. Comme une poupée inanimée, elle chute soudainement en arrière, s'écroulant sur le sol.


+ Suite à son échec, Aleera est victime du triple choc de retour et se retrouve bloqué dans une transe pour le restant du rp.

+ Duncan, Adam, le rp continu entre vous mais vous n'avez plus aucun moyen de localiser l'enfant. Vous avez le choix entre terminer le rp durant ce dernier tour, tenter de convaincre les gitans de vous aider à trouver l'enfant ou bien vous rendre au campement pour prêter main-forte à la seconde phrase de l'event.
Voir le profil de l'utilisateur
le 20.07.17 14:40

_________________
avatar
Aleera rappelle Duncan à l'ordre, mais il peine à calmer sa colère. Il n'appréciait déjà pas qu'une bestiole maléfique rôde autour de chez lui en semant les cadavres - animaux et humains sans distinction, mais depuis qu'elle s'en est prise à Dimitri, le gitan nourrit une haine féroce envers la créature. Une haine rancunière qui grandit un peu plus chaque jour. Aujourd'hui, avec l'irruption d'Adam et cet ultimatum macabre, aux yeux de Duncan la bête vient seulement de fixer la date de l'affrontement - une telle tension le rend donc infecte avec son entourage.

Aleera encourage finalement le petit groupe et ferme les yeux, alors Duncan l'imite. Il puise dans sa fureur pour nourrir sa sœur en énergie, et les premières images apparaissent. Le gitan se laisse guider mais n'apprécie que moyennement l'impression de ne plus être dans son corps. Les rituels, ça n'a jamais été son truc de toute façon. Ils se baladent ainsi un instant dans la forêt, mais rapidement, la pensée commune devient confuse. Ils se perdent dans les bois sombres, les images défilent trop vite, et bientôt Duncan sent son corps tout entier se tendre alors qu'il perçoit le Wendigo pour la première fois.

Le hurlement d'Aleera brise violemment la connexion, mais il faut quelques secondes à l'aîné pour revenir à lui et réaliser ce qu'il vient de se passer. Sa chère et tendre petite sœur est tombée en arrière, inanimée. "Aleera !" Le prénom lui échappe mais reste à moitié étranglé par l'angoisse. Il se précipite aussitôt à ses côtés pour la prendre dans ses bras. Malheureusement, elle ne semble pas disposée à se réveiller. Il la secoue, l'appelle, la secoue plus fort. L'angoisse monte. Il finit par la supplier. Voir Dimitri aux portes de la mort avait suffisamment secoué le gitan. Ramasser sa petite sœur, la précieuse, dans cet état manquerait de peu de le rendre fou.

Il finit cependant par admettre que la jeune Belkhan ne se réveillera pas pour l'instant. Elle respire, et c'est bien tout ce qui importe à son frère. Alors avec une infinie tendresse, il la soulève et grogne à l'intention d'Adam : "Reste ici, je vais la mettre dans sa chambre." Sans la moindre difficulté, il s'exécute et glisse Aleera dans son lit. Il reste un instant à son chevet, et se rassure en imaginant qu'elle est simplement profondément endormie. Il se risque même à un geste d'affection secret en caressant doucement ses cheveux, comme pour s'assurer qu'elle fera de beaux rêves.

Il pourrait rester ici toute la nuit pour la veiller. Son cœur tout entier lui hurle d'ailleurs de le faire. Pourtant, la présence d'Adam dans le salon l'appelle. Elle entretient les braises d'une rage devenue folle. Cette rage sur laquelle le gitan n'a aucun contrôle. Celle qui abat les limites et pour laquelle il ne perçoit aucune mesure du danger. Duncan n'a plus qu'une idée en tête : venger son frère et sa sœur en tuant le Wendigo. La vision de la créature résonne encore en lui, comme un mauvais rêve au réveil. Pourtant, loin d'en éprouver la moindre peur, la sensation de malaise nourrit se crispation et décide le gitan à quitter sa sœur - pour un instant, il se le promet. Juste le temps de faire brûler cette monstruosité qui leur a causé déjà trop de torts.

Il retrouve Adam au pas de course, et l'informe brièvement. "Elle dort." Avant d'enchaîner aussitôt. "Si Warwick Bay se prépare à l'attaque du Wendigo, c'est probablement l'endroit où la bête sera la plus faible. On aura plus de chance de l'avoir là-bas. Ici, elle sera toute puissante." Duncan déteste admettre cette constatation, mais les gitans ne semblent pour l'instant pas prêts à coopérer avec sa mise en garde. Il espère seulement que la raison saura les titiller avant l'aube pour qu'ils anticipent l'attaque avec les moyens du bord. "C'est fichu pour le gosse, on devrait aller là-bas." Il termine sa déduction sans laisser paraître la moindre tristesse. Bien sûr, il est déçu de cet échec, il aurait aimé faire plus, mais ils n'ont plus le temps. Duncan n'a plus la foi en son campement. Il sait qu'il doit laisser tomber cette histoire d'enfant kidnappé et les regrets tristes ne feront que les ralentir.
Voir le profil de l'utilisateur
le 26.07.17 23:41

[Page 1 sur 1]

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum