Aloïs Chester - Un début déroutant

[Page 1 sur 1]

avatar
Invité
Invité

Identité


  • Chester

  • Aloïs

  • 28ans

  • asexuel qui s'ignore

  • marié

  • NÉGOCIANT DE TISSU - TIENT LE COMPTOIR DE COMMERCE DE LA FAMILLE CHESTER À  WARWICK BAY

  • citoyen

  •  Tom Hiddleston



Qualités


  • Tenace

  • Intelligent

  • Manipulateur

  • Méthodique

  • Efficace



Défauts


  • Rancunier

  • Grognon

  • Cynique

  • Ambitieux

  • Injurieux



Histoire
Son visage était effacé à présent. Ne subsistait que ses cheveux foncés bouclés retombant sur ses épaules. Sa voix aussi, semblait s’éteindre dans un murmure sourd mais chaleureux. Il se souvenait surtout de ses mains qui encerclaient son visage et caressait ses cheveux… Récemment, Aloïs s’était même demandé si les souvenirs de sa mère n’étaient pas fictifs et inventés par son esprit nostalgique. La campagne lui semblait idyllique comparé à Paris avec sa saleté, sa violence et l’empressement que les gens semblaient avoir constamment. Ses souvenirs d’enfance semblaient être le paradis comparé à sa situation dans l’immense ville. Tout ne semblait être que de pierre et de bois et il se sentait des fois étouffées dans l’entrepôt familial où il s’occupait des stocks alors que son père siégeait au bureau central, dans une petite pièce. Il avait été dans l’internat d’une école de commerce où il avait appris les rudiments de la vente et du troc. Il ne s’était pas découvert de passion particulière à part celle de céder au quotidien harassant et répétitif pour être tranquille. Sa vie de fils héritier d’empire commercial français semblait se dérouler comme cela devait se dérouler dans les plans paternels : sans surprise et sans accident… Sauf que les meilleurs contes savent que cela n’arrive jamais ainsi.

Cela ne s’était jamais vraiment posé comme une évidence. Un simple sentiment diffus qui se révélait à lui lors des heures les plus confuses. Au réveil, quand il était embrouillé par la fièvre de la maladie, quand il voyait Laura… Avant son mariage, lorsque que les codes de sociabilisation masculins s’imposaient dans son quotidien, dans la cantine de son école privée, par exemple, Aloïs se contentait de copier. Si ses camarades décrivaient le physique avantageux des filles de l’école voisine, il s’enjoignait lui aussi en mimant l’intérêt charnel. Après son mariage, par contre, la question se fit plus pressante : il ne ressentait aucune excitation à la vue de sa femme.

Pourtant, il ressentait bien la palpitation sourde de l’envie dans sa poitrine. Il recherchait la douceur de ses mains et son sourire à chaque instant. Il ne pouvait attendre qu’elle ne rentre de ses errances.

Laura était une fille d’imprimeur. Elle avait appris à lire, à écrire, et surtout, à compter. Sa mine concentrée se renfrognait lorsqu’elle se penchait sur les chiffres du commerce familial. Elle avait un don unique pour déchiffrer, corriger et compter. D’un coup d’œil, elle repérait les erreurs et disait de sa voix douce « Aloïs, je crois que tu devrais vérifier ces chiffres. » une quelconque leçon prémaritale lui avait certainement apprit à ne pas dire à un homme qu’il s’était trompé. Aloïs prenait presque ça comme un langage seulement connu d’eux deux, un code secret.

Mais malgré la complicité et l’amour, son corps ne semblait pas se soumettre à ses pensées. La mécanique en elle-même était affreusement déconcertante : comme un animal soumit à ses pulsions, il n’avait qu’à s’animer, comme une poupée articulée ou le geste d’un rameur, répétant les mouvements qu’il avait appris malgré lui. La nature semblait avoir une volonté propre qui n’atteignait jamais son esprit ou son cœur. Feintant du mieux qu’il le pouvait, sa vie privée et sexuelle était teintée de la peur panique que Laura pense qu’elle en était le problème.

Mais que lui dire ? Un temps, Aloïs pensa à aller voir un médecin, un prêtre même… Mais la honte et la peur de ce qu’il entendrait en diagnostique l’en empêcha. C’est durant un sermon que se présenta à lui une perspective autant plus terrifiante que l’impuissance : une malédiction.

Pour une personne aussi pieuse qui lui, cette révélation le frappa comme un poignard. Mais bien sûr, il n’alla toujours pas voir un prêtre. Son dévouement religieux avait comme limite sa propre sécurité personnelle et la réputation de sa famille. Il s’était, ainsi, résolu à subir en silence.

Lorsque des nouvelles florissantes du nouveau monde arrivèrent en France, Aloïs en fut ravi. Il fallait dire qu’il s’inquiétait assez pour sa grande sœur. Elle n’avait jamais vraiment semblé prête au mariage et encore moins à démarrer une nouvelle vie sur un autre continent. Ironiquement, et peut être même bêtement, Aloïs associait la bonne santé du commerce familial à la bonne santé de sa sœur. Si le commerce allait bien là-bas, c’est que ça allait bien pour elle. Ce parallélisme lui était une valeur personnelle : le commerce allait bien en France, alors ça allait bien pour lui et Laura. Ils avaient réussi à s’offrir une petite maison sur la bordure extérieure de la ville. Chaque matin, ils devaient louer un cocher pour aller jusqu’à l’atelier familial mais pas même les transports difficiles dans des rues bondées et malodorantes pendant de longues minutes n’arrivait à convaincre Aloïs de se rapprocher du centre. Sa nature fragile l’avait contraint plusieurs fois à être alité pendant, quelques fois, de longues semaines.

Lorsque la nouvelle du décès du mari et du fils de Roxanna arriva à Paris, l’effervescence bienveillante des Chester se changea en grondement. A travers les lèvres pincées et les regards agacés on pouvait lire le regret d’une opportunité pécunière à portée de main. Roxanna n’était plus leur sœur, leur fille, la pauvre victime d’un destin bien trop violent ; mais bien une embuche dans le bon déroulement des choses. Dans la tête paternelle, les choses étaient claires : ils devaient s’implanter en Amérique et devenir riches, très riches. N’importe qui ou n’importe quoi se mettant en travers de cet objectif était un ennemi à combattre.

La maison fut vendue, et ils embarquèrent en bateau. Soudainement, les pavés mal encastrés dans la route de Paris semblaient presque être de douces caresses maternelles ; tant la traversée fut rude. Aloïs découvrit qu’il avait le mal de mer. Le temps ne fut pas clément mais les rares rayons de soleil qui attiraient certains sur le pont ne décidèrent pas le français à sortir de sa cabine. Il semblait avoir attraper une gueule de bois infinie qui lui faisait confondre pot de chambre et seau à vomis. Sa pauvre femme, avec qui il avait pendant des années tenté de garder une part de romance, devait avoir tout vu sur ce bateau. Pourtant, elle gardait sa mine calme et attendrie tout en emportant les restes de dignité de son mari.

Arrivant à destination, il eut du mal à s’attendrir pour sa sœur, la maladie des mers lui tenant encore le ventre et le dépaysement qui se faisait sentir. Avec l’argent de Paris, Aloïs s’était fait construire une petite demeure dans la colonie. Il ne pouvait supporter de s’exiler comme l’avait fait sa sœur. Sa nature fière et intransigeante ne supporterait pas un tel affront. Il apporterait travail et prospérité à cette colonie et il obtiendrait la reconnaissance qu’on lui devait... Son élan fut vite coupé court avec le déclanchement de la guerre. Il avait eu deux choix : fermer le commerce qui commençait à décoller et à rapporter un profit assez confortable ou trouver un moyen alternatif de faire de l’argent. Peu habitué à rentrer la queue entre les jambes, il choisit la deuxième et se lança dans un domaine qui lui était alors inconnu : la contrebande. Son produit était bien le sien. L’argent allait bien au vendeur et était payé par des clients avec des prix taxés… Mais à cause des contrôles et des bateaux français bloqués en mer, il avait dû avoir recourt à de nouveaux fournisseurs, espagnols. De plus, la méfiance généralisée envers les gens de sa nationalité avaient fait coulé la fréquentation de sa boutique. C’est ainsi que Aloïs prit la décision de se diversifier. De négociant en tissus, il se mit en tête de changer la recette ancestrale de la famille en ouvrant le commerce à des créations plus exotiques et indiennes. Son plan en était encore à un stade précaire… En effet, Aloïs doutait. Sa malédiction, celle de sa sœur, ce lieu maudit où les sorcières semblaient se balader librement… Tout cela le faisait hésiter et douter. Et le nouveau monde n’était rien d’autre qu’une fin malheureusement pour lui et les siens ?

Ton personnage...


Pratique t-il les arts occultes ? : Pas du tout. D’ailleurs, Aloïs est très pieu et se montre très opposé à la magie ou les choses contre la religion. Tel un pêcheur du dimanche qui redouble de force pour condamner les autres histoires de détourner les soupçons sur lui-même… Il tente d’exorciser son sentiment d’être maudit et poursuivi par le diable en redoublant de ferveur dans ses prières et sa pratique religieuse. Honnêtement, le commerçant a beaucoup de pitié pour les sorciers et sorcières qu’il pense être bien trop faible pour résister à l’appel du malin.

Quel est son avis sur la tribu indienne: Aloïs a déjà commercé avec les indiens. Même si la plus part des tissus qu’ils réceptionnent et envoient vers les autres colonies viennent du vieux continent, Aloïs pense qu’il serait possible de se développer en proposant un tissus plus exotique et possiblement plus résistant en Europe. Ce soudain intérêt pour un nouveau produit vient du fait que le profit de l’entreprise a beaucoup baissé depuis le début de la guerre… Aloïs tente de trouver un marché sûr pour assurer les revenus de sa famille et les Indiens semblent éventuellement être une solution temporaire.

Sur un plan personnel et idéologique, Aloïs les voit comme des sauvages assez peu évolués qui gagneraient à se convertir à sa religion histoire de sauver leurs âmes. Il les voit plus comme des enfants que comme des monstres et sa bienveillance est tâchée d'une bonne dose de colonialisme latent. Il les observe de la même curiosité que quelqu'un aurait pour un animal exotique. Ceci est surtout l'effet des récits et expositions d'indiens sur le vieux continent qui en ont fait des animaux de foire... Etre en contact avec eux changera potentiellement son opinion.

Se sent-il concerné par la guerre entre les français et les anglais ?  Aloïs en reste loin, très loin mais elle semble le rattraper d’une manière très sournoise. C’est un homme fragile sous son air bourru et il exècre beaucoup la violence sous sa forme primale : les guerres et les bagarres (paradoxalement, il la tolère si cela est fait au nom de Dieu, les supplices faisant partie de la miséricorde divine). Ainsi, Aloïs, malgré le regret d’avoir tout laissé en France, est assez content de ne pas avoir eu à s’engager ou à trouver un moyen d’éviter la guerre. Dans la colonie, il se retrouve isolé de tout cela sans devoir se cacher. Par contre, sa clientèle a fortement baissé et ses bateaux habituels ne parviennent plus à bon port. En cause, la faible population non anglophone qui s’occupe des transferts et des voyages. Il a dû passer des accords frauduleux pour que sa marchandise arrive à Warwick Bay. Il a dû signer d’un faux nom et doit payer l’équipage plus cher pour qu’ils gardent le secret.

Derrière l'écran


Pseudo: nestie luv.
Âge: 26ans
Comment as-tu connu Witchcraft ? : je ne me rappelle plus pour être honnête  hmm2 ... Possiblement à l'aide de vos partenaires !
Désires-tu être parrainé ? : je veux bien  innocent !
Un petit mot à dire ? : Superbe codage, design et contexte ! Sincèrement, ça donne vraiment envie de venir et se lancer dans la chasse aux sorcières  devil2 !


le 01.05.17 23:51
avatar
Invité
Invité
Owiiiii *^*
J'aime déjà bien ce court début moi ♥️ omg love1

Alors bienvenue (une nouvelle fois mdr) parmi les fous, tu verras, on est pas si vilains au fond et les sorcières sont pas toutes des bitchs huhu y'a même des gens normaux !
Courage pour la suite de ta fiche en tout cas bwaha
le 01.05.17 23:55

_________________
avatar
Officiellement bienvenue Aloïs !

J'aime beaucoup ce début de fiche, ça rend déjà le personnage attachant. Ta plume est fluide et agréable à lire. J'ai hâte d'en savoir plus et j'espère que ta soeurette sera aussi contente que moi :3

N'hésite pas si tu as des questions, et bon courage pour le reste !
Voir le profil de l'utilisateur
le 01.05.17 23:57

_________________
avatar
Ahhh non mais j'pleure. Tom Hiddleston avec un caractère pareil, un taff pareil et en plus le bro de Moman Roxanna. Il nous faudra absolument un lien What a Face

Je quémande aussi que tu postes partout sur le forum pour voir ta tête partout plz s'il te plaît plz

En tout cas ! Bienvenue parmi nous, hâte de voir ce que tu vas faire de ce charmant prédéfini, courage pour ta fiche c:
Voir le profil de l'utilisateur
le 01.05.17 23:59
avatar
Invité
Invité
Merci beaucoup pour votre accueil omg !! Je termine ma fiche dans les jours qui viennent hug4 !
le 02.05.17 0:05

_________________
avatar
Souillure infernale
MONSIEUUR ! ♥️
Soit le bienvenue chez nous cher ami! j'adore ce début de fiche chou, hâte d'en lire d'avantage, bon courage à toi hightfive
Voir le profil de l'utilisateur
le 02.05.17 0:32

_________________
avatar
LA MAIN DE DIEU
Bienvenue ici !
Très joli début de fiche, on a hâte d'en lire plus huhu
Bon jeu parmi nous :3
Voir le profil de l'utilisateur
le 02.05.17 9:49
avatar
Invité
Invité
Houuu this taylor is rich!!

tres bon choix! very welcome à Warwick!

le 02.05.17 17:45
avatar
Invité
Invité
Oh merci beaucoup omg !!
le 02.05.17 19:18

_________________
avatar
Le marteau des sorcières

félicitation tu es validé!

Eh bien Eh bien! Rapidité et efficacité! A nouveau bienvenue chez nous Aloïs! C'est toujours un plaisir de voir un scénario ou un prédéfinis de jouer mais voir cela fait avec autant de plaisir me ravie au plus au point! Tu semble t'être merveilleusement intégré et je dois admettre que cette fiche, je m'en suis délecter une joie toute particulière! Ta plume est délicate, très douce et fluide à la lecture, le personnage bien saisit et travaillé! C'est donc avec joie que je valide Aloïs! Je te souhaite un très bon jeu sur Witchcraft coeur

Maintenant que tu es validé, nous t'encourageons à te rendre sur les liens suivant pour effectuer mes premiers pas sur le forum et commencer à rp! En cas de besoin, le staff reste à ta disposition! ♥️

Demande de rang
Demande de liens
Demande de RP
Voir le profil de l'utilisateur
le 02.05.17 20:03
J'arrive après la guerre visiblement XD

Soit le bienvenue homme blanc !
Voir le profil de l'utilisateur
le 02.05.17 22:07
avatar
Invité
Invité
Moi aussi j'arrive après la guerre mdr

Mais sinon bienvenue et un choix canon de scénario ♥️ (et puis Tom quoi bave )
le 02.05.17 23:54
avatar
Invité
Invité
Merci beaucoup à vous deux lovely ! Vos personnages ont l'air vraiment superbes !
le 03.05.17 8:54
La cavalerie arrive toujours en retard 8D
Encore bienvenue à toi, ton personnage est vraiment intéressant lovely J'espère qu'on pourra avoir un lien omg
Voir le profil de l'utilisateur
le 03.05.17 9:00

[Page 1 sur 1]

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum