[EVENT] De chair et de cendres

[Page 2 sur 2]

Aller à la page : Précédent  1, 2


_________________
avatar
La serpentine
Il y a trois hommes qui s'imposent plus que les autres, une femme à la peau sombre qui reste en retrait... Et à travers ce rassemblement, Chenoa se sent plus que jamais comme une étrangère. Dans la compagnie d'Ohanzee, la jeune femme cherche le réconfort alors qu'elle ignore tout de lui mais ici il est de loin celui qui lui ressemble le plus. Sa confiance porte ses fruits puisque son protecteur s'impose immédiatement pour prendre sa défense. Martyre ? Acte saint ? Voilà donc la chose la moins véridique qui soit car Chenoa n'est pas tant guidé que cela par l'altruisme mais plus dans le désir de revoir son père. Mais qu'adviendra-t-il de ces retrouvailles ? Lui qui n'a plus rien d'humain à présent....

« Chenoa pas savoir... Père être wendigowak... père plus humain... comment savoir ce que père de Chenoa fera ? Ce que Chenoa fera ? Impossible savoir quoi faire, quoi dire... »


Minaude la jeune femme avant de se détourner des hommes blancs pour venir se hisser sur le cheval sur lequel trône la dépouille d'un homme emmailloté. La question de l'homme à moustache n'avait aucun intérêt. Qui avait déjà vécu cela ? Comment prédire ce qui allait se passer ? Chenoa n'était sûr de rien et encore moins d'elle-même, jamais elle ne s'était senti si impuissante. Le poids du corps de son comparse dans son dos offre un certain réconfort mais bien elle revient à la réalité quand la métisse tente de la rassurer.

« Ohanzee être gentil... »

Murmure-t-elle sans réelle joie. Oui il était gentil, attentionné et surtout il prenait un risque énorme pour elle dont il ne savait rien. C'était un wendigo que le groupe partait affronté, une créature que l'on n'était pas censé tué. Un monstre de légende qui n'était pas apparu depuis des siècles probablement. Alors qu'elle se plonge à nouveau dans un silence qui trahit son angoisse, Chenoa fait avancer la monture. Prendre ses distances avec le bastion dans l'espoir que la bête ne fasse pas plus de mort que prévu. Mais c'était idiot à bien y penser car si ce soir Chenoa échouait – car l'on semblait en attendre beaucoup d'elle, sans doute trop – alors ce bastion ne tiendrait pas bien longtemps face à la férocité du wendigo.

Spoiler:
Chenoa ne sait pas quoi répondre à Samuel, elle-même ne pouvant prédire l'issu de son affrontement avec le wendigo, si jamais affrontement il y a. Malgré elle, l'indienne éprouve une forte culpabilité pour Isaac alors qu'elle réalise qu'il risque un gros danger pour le simple fait de vouloir l'aider et la soutenir.
Voir le profil de l'utilisateur
le 10.09.17 21:36

_________________
avatar
Le marteau des sorcières
De chair et de cendres

Le soleil n'est pas encore là mais ce n'est qu'une question de temps avant que ses rayons ne percent le ciel noircit et offre un semblant d'apaisement. Vous voilà donc au cœur d'une clairière, en tête Isaac et Chenoa sur une monture accompagné d'un cadavre harnaché, à l'arrière Samuel Drake et son comparse insensible, le redouté Alphaeus Vail. Les lieux sont sinistres, recouverts d'une brume épaisse qui vous empêche de voir où vous mettez les pieds, vous pourriez vous embourber que vous ne verriez que trop tard dans quoi vous êtes tombé. Le bastion n'est pas si loin, juste assez près pour vous réfugier si les choses tournent mal, juste assez loin pour empêcher la bête d'avoir la tentation de se faire un festin sanglant. Vous êtes là, vous tendez l'oreille. Vous ignorez quand et comment la créature vous trouveras, ou même s'il elle tentera de le faire car vous n'avez aucune certitude que ses paroles douteuses puissent être vraies.

Alors même que vous contemplez la nuit qui taquine vos pires angoisses, vous réalisez que pas un bruit ne vient briser le silence pesant de la sinistre carrière. Rien, pas même le souffle du vent. Pourtant juste là, à quelques mètres à peine, dans les ombres quelque chose vous observent. Ce sont finalement ses cornes qui vous alertent de sa présence jusqu'à ce que la chose s'extirpe de sa cachette, son corps tout entier se tend. C'est plus humain qu'animal et pourtant, rien dans cette chose n'encourage une quelconque forme d'empathie à son égard. Car si la créature est d'aspects humanoïdes, elle dépasse de loin la taille d'un être humain bien charpenté, sa forme étirée et malingre fait froid dans le dos alors que sa peau tous ses yeux et même ses cornes ne sont que le reflet d'une infinie noirceur. Elle vous fixe, vous glace jusqu'à l'âme avant que son corps ne se cambre vers l'avant, ses mains griffues se posent dans la neige et que sa gueule s'entrouvre, dévoilant une rangée de crocs aussi impressionnants qu'effrayants.

« Mon.. enfant... »

Réclame la bête d'une voix gutturale. Elle patiente, tapie dans les ombres près de vous. Vous avez le choix à présent, prendre la créature de front, attaquer dans l'immédiat ou bien entamer une semblant de pourparler avec cette chose qui n'a plus vraiment rien d'humain. Vous avez toujours le choix de lui livrer Chenoa, mais vous ignorez toujours ce qu'il adviendra de l'Indienne ou même de vos vies une fois que la bête aura eu son dû.
Voir le profil de l'utilisateur
le 10.09.17 22:07

[Page 2 sur 2]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum